La bourse est fermée

Un site propose maintenant d’obtenir un arrêt maladie sans se déplacer

Une start-up allemande a lancé une plateforme permettant d'obtenir un arrêt de travail très rapidement après une simple téléconsultation.

Vous procurer un arrêt maladie en ligne et en seulement quelques clics, c'est possible. Un site allemand est actuellement au cœur de la polémique. En effet, "Arretmaladie.fr" propose de vous faire parvenir un arrêt de travail de trois jours maximum sans même que vous n'ayez rencontré un médecin, rapporte BFMTV. Pour l'obtenir, il suffit de remplir tout d'abord un questionnaire, puis d'effectuer une téléconsultation avec un médecin de la plateforme avant de recevoir l'arrêt maladie.

Le site précise bien qu'il ne s'agit que d'arrêt de travail de trois jours maximum pour des "pathologies simples et courantes". Le malade n'a absolument rien à faire, "arretmaladie.fr" s'occupe de tout. Ainsi, la plateforme fait parvenir par mail l'ordonnance puis s'occupe d'envoyer en PDF l'arrêt maladie à l'employeur ainsi qu'à l'assurance maladie.


Une pratique qui dérange profondément le corps médical qui a d'abord cru à une blague, comme le rapporte BFMTV. Ministère de la Santé, syndicats de médecins et Conseil de l'Ordre s'offusquent. "Ce site est une honte, c'est la caricature du soin", s'est indigné Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des Médecins de France, sur Twitter. "C'est de la marchandisation du système de soin qui fait passer le patient pour un client et le médecin comme un prestataire de service", dénonce quant à lui le Dr Jérôme Marty, président de l'Union française pour une médecine libre (UFML), au micro de BFMTV.

Une plateforme française impliquée ?

Pire, les médecins se sont encore plus indignés de voir apparaître comme partenaire du site allemand, la plateforme française de téléconsultation "Docteursecu.fr". Contactée par BFMTV, cette dernière s'est étonnée de sa présence sur "Arretmaladie.fr" et réfute toute relation entre les deux plateformes. "Ce service existe en Allemagne, ils nous ont contacté pour du conseil, nous leur avons expliqué la réglementation française très différente

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :