La simple menace d'un défaut sur la dette des Etats-Unis risque de plomber l'économie, Janet Yellen tire la sonnette d'alarme

PIXABAY

Attention à ne pas trop en vouloir. Pousser les négociations sur la dette américaine à leurs limites est déjà dangereux en soi pour l'économie, a prévenu jeudi 11 mai la secrétaire au Trésor Janet Yellen, alors que l'ancien président Donald Trump défend une stratégie de la corde raide sur le sujet. Démocrates et républicains au Congrès n'arrivent pas pour l'heure à s'entendre sur le relèvement du plafond de la dette publique américaine, et une impasse prolongée pourrait entraîner un défaut de paiement des Etats-Unis dès cet été, ce qui serait du jamais vu.

Le simple fait de flirter avec une telle situation "peut également entraîner des coûts économiques importants", a averti Mme Yellen lors d'une conférence de presse à Niigata (centre du Japon) où se tient de jeudi à samedi une réunion des ministres des Finances et des banquiers centraux du G7. "Comme nous l'avons déjà appris en 2011, la simple menace d'un défaut peut mener à une dégradation de notre note financière et à un affaiblissement de la confiance des consommateurs", avec des hausses des taux d'intérêt sur des crédits, a-t-elle ajouté.

Un défaut de paiement produirait quant à lui une "catastrophe économique et financière" aux Etats-Unis, avec des répercussions mondiales, a-t-elle aussi rappelé, en écho à des déclarations similaires de sa part et de la Maison Blanche ces derniers jours. Quelques heures avant les propos de Mme Yellen au Japon, Donald Trump, qui cherche à se faire réélire à la présidence des Etats-Unis en (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Des chirurgiens réussissent la première opération in utero sur le cerveau d'un fœtus
Pénuries de médicaments : bientôt un haut commissaire nommé en France pour y faire face ?
L’Italie veut construire le pont le plus long du monde entre le continent et la Sicile
Pierre Moscovici appelle à la "prudence" sur les baisses d’impôt
Les maisons d'arrêt "débordent" et le gouvernement "détourne le regard", dénonce la contrôleure des prisons