La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 258,32
    +338,48 (+1,00 %)
     
  • Nasdaq

    14 896,85
    +150,45 (+1,02 %)
     
  • Nikkei 225

    29 639,40
    -200,31 (-0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,1697
    -0,0033 (-0,28 %)
     
  • HANG SENG

    24 221,54
    +122,40 (+0,51 %)
     
  • BTC-EUR

    37 248,52
    +2 349,30 (+6,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 089,55
    +49,07 (+4,72 %)
     
  • S&P 500

    4 395,64
    +41,45 (+0,95 %)
     

La Silicon Valley, terre de menteurs?

·2 min de lecture

Le procès d'Elizabeth Holmes, fondatrice de Theranos, stigmatise les dysfonctionnements de la Silicon Valley et du modèle de développement des start-up américaines. A l'origine de ces dérives, le concept du "fake it until you make it", véritable incitation à mentir.

Voix grave, regard bleu intense, pull à col roulé noir… Elizabeth Homes a longtemps surjoué l’évangéliste technologique. Avec sa start-up Theranos, qu’elle avait fondée à 19 ans, en 2003, juste après avoir abandonné ses études à Stanford, la jeune femme promettait de chambouler l’univers des biotechs comme Steve Jobs avait révolutionné l’informatique. Son invention devait transformer pour de bon l’industrie des tests sanguins, ringardiser les labos traditionnels. Aujourd’hui, elle risque jusqu’à vingt ans de prison dans ouvert le mercredi 8 septembre à San Jose, en Californie. Elle est accusée de fraude à grande échelle. Sa machine n’a en réalité jamais fonctionné. Son business de tests sanguins devait rapporter 1 milliard de dollars en 2015. a péniblement affiché quelques centaines de milliers de dollars de chiffre d’affaires.

Steve Jobs et Bill Gates adeptes

En arrière-plan de cette affaire, c’est le modèle de la Silicon Valley et du modèle des start-up américaines qui est en procès, et plus précisément son mode de fonctionnement résumé dans une maxime: "Fake it until you make it", que l’on peut traduire par "faites semblant jusqu’à ce que vous y arriviez". Une méthode qui a guidé certains des plus grands entrepreneurs américains dans leur réussite. et Bill Gates ont souvent menti par omission, annonçant, tambour battant, des nouveautés qui n’étaient pas au point et disponibles que des mois plus tard. Les fondateurs de Paypal, Aibnb ou Uber ont beaucoup joué avec ce concept et avec la loi. "Cela fait partie de la culture du voyou éclairé, commente le consultant Georges Nahon, ancien patron d’Orange Institute. Ils sont souvent tricheurs, toujours à la limite entre le vrai et le faux. Tout comme la frontière est floue entre le génie et la folie, elle l’est entre l’entrepreneuriat et la criminalité". Le problème de ce modèle, c’est qu’il est facilement récupérable par les charlatans de tout poil. Longue est la liste de ces arnaqueurs qui sont souvent parvenus à leve[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles