La bourse ferme dans 2 h 26 min
  • CAC 40

    7 118,95
    -114,99 (-1,59 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 191,99
    -65,99 (-1,55 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,89 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0761
    -0,0036 (-0,33 %)
     
  • Gold future

    1 884,10
    +7,50 (+0,40 %)
     
  • BTC-EUR

    21 231,23
    -475,05 (-2,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    524,67
    -12,19 (-2,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    74,06
    +0,67 (+0,91 %)
     
  • DAX

    15 303,93
    -172,50 (-1,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 837,66
    -64,14 (-0,81 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,84 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 693,65
    +184,19 (+0,67 %)
     
  • HANG SENG

    21 222,16
    -438,31 (-2,02 %)
     
  • GBP/USD

    1,2051
    -0,0005 (-0,04 %)
     

Dans la Silicon Valley, la crise financière fait le tri des startups, au bénéfice des meilleures

DR

Ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort : comme à chaque retournement de cycle, la crise offre aussi de formidables opportunités aux entrepreneurs. Et l'argent, distribué de façon plus sélective, continue à financer les plus beaux projets : TripActions, la plateforme spécialiste du voyage d'affaires, vient de boucler une levée de fonds géante de 300 millions. Dernière étape du carnet de bord de notre envoyée spéciale Delphine Déchaux dans la Silicon Valley.

Vendredi 14 octobre. Il est 19 heures, la nuit enveloppe San Francisco. Dans un bar de Market Street, Artem Arutyuanyan raconte avec bonne humeur sa vie d’entrepreneur en temps de crise financière. Arménien d’origine, il vit depuis dix ans en Californie, où il a participé à l’essor de plusieurs belles startups.

Début 2020, il décide de se lancer à son tour, avec une organisation d’emblée adaptée au Covid. Son équipe, disséminée dans le monde entier, ne vient jamais au bureau mais se retrouve une semaine par mois, dans des lieux qui changent à chaque fois. Une île grecque, une ville portugaise…

Les startups les plus solides continuent à lever massivement des fonds

La plateforme logicielle qu’il a développée, baptisée Bardeen, du nom d’un célèbre physicien, permet de gagner du temps dans une journée de travail en automatisant ses tâches. Elle a été lancée en février 2022. Un moment délicat : la guerre éclatait en Ukraine et la Bourse américaine dévissait.

Lire l'épisode 3Contrôle des algorithmes : comment Berkeley se place au cœur des enjeux du siècle

Pourtant, Artem juge la période plutôt favorable. "C’est plus facile d’embaucher. Les développeurs recevaient sept offres par mois, ils n’en ont plus que deux", explique-t-il. Après deux tours de table, est-il inquiet à l’idée de lever de nouveau des capitaux ? Il rigole. "Mon cofondateur est allemand. Il gère la trésorerie de façon super stricte".

Bref, Artem a les moyens de laisser passer la crise. En attendant, Bardeen engrange de plus en plus d’utilisateurs.

Avec la crise, l’idée qu’il n’y a plus de levées de fonds aux Etats-Unis circule en Europe. C’est largement exagéré. Certes, les VC jouent la prudence et parlent dorénavant de "chiffre d’affaires" - autrefois un gros mot – à tout bout de champ. Mais les belles startup trouvent toujours de l’argent. La preuve ? Le groupe TripActions, installé dans un bâtiment tout neuf de Palo Alto, vient d’annoncer une levée de fonds géante : 300 millions de dollars.

Fondée en [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi