Marchés français ouverture 5 h 9 min
  • Dow Jones

    33 815,90
    -321,41 (-0,94 %)
     
  • Nasdaq

    13 818,41
    -131,81 (-0,94 %)
     
  • Nikkei 225

    28 951,49
    -236,68 (-0,81 %)
     
  • EUR/USD

    1,2026
    +0,0009 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    28 895,25
    +139,91 (+0,49 %)
     
  • BTC-EUR

    41 793,70
    -3 367,75 (-7,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 144,26
    -98,80 (-7,95 %)
     
  • S&P 500

    4 134,98
    -38,44 (-0,92 %)
     

De la Silicon Valley au Vatican, qui est le prêtre Eric Salobir?

·2 min de lecture

PORTRAIT De la Silicon Valley au Vatican et du Vatican à la Silicon Valley, ce prêtre dominicain, aussi geek que diplomate, a l’oreille des grands. Sa croisade ? Prêcher la bonne parole de l’éthique dans la high-tech.

C’est compliqué : parler de soi quand on a choisi de faire vœu de pauvreté avant de se retirer dans un couvent, « c’est désapprendre tout ce que l’on a appris ». Alors Eric Salobir commence par se protéger derrière l’Evangile. Il évoque saint Jean-Baptiste et saint Augustin… « Je suis la voix qui crie dans le désert, énonce-t-il. Quand je parle, je porte aussi des idées, mais je ne les porte pas comme mes idées, nous sommes un collectif. »

Le père Salobir répugne à parler de lui, mais il a appris à prendre la lumière pour défendre « ses » causes. Au Vatican, où il se rend fréquemment, il éclaire le pape et les cardinaux sur l’évolution des technologies et leur impact sur l’homme. Dans la Silicon Valley, où il avait ses habitudes avant la crise sanitaire, il y conseille les pontes. Parmi ceux-ci : Reid Hoffman, le fondateur de LinkedIn, ou Marc Benioff, le patron de Salesforce, avec lesquels il discute de la place de l’éthique dans leurs entreprises et les produits qu’ils conçoivent.

Discret sur ses activités

Le personnage est d’une grande discrétion, en révèle le moins possible sur ses interlocuteurs, d’un côté comme de l’autre : « Les gens qui conseillent le pape ne le disent jamais dans les médias. » Son livre, Dieu et la Silicon Valley, paru l’an dernier aux éditions Buchet-Chastel, raconte ce télescopage entre éthique et technologies et comment faire cohabiter les deux. « Il aurait aimé qu’à côté du capitaine du Titanic, il y ait un conseiller spirituel qui lui dise de ne pas voyager plein Nord pour gagner du temps, mais de plutôt essayer d’éviter l’iceberg », décrypte son éditeur Laurent Laffont. Eric Salobir aurait pu être ce conseiller spirituel, chargé de montrer la voie du bon sens, plutôt que celle de la prouesse technologique.

Ouvert sur l’extérieur

C’est la mission qu’il s’est donnée, en 2017, en prenant les commandes du réseau Optic Technology (Ordre des prêcheurs pour les technologies, l’information et la communication), fondé en 2012 par l’ordre des d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi