La bourse ferme dans 5 h 16 min

Silent Air Taxi, un taxi volant qui promet d'être silencieux

Louis Neveu, Journaliste

Les drones taxi volants multirotors sont expérimentés depuis des années. Conçus pour la mobilité urbaine, ils permettent de décoller à la verticale pour se déplacer ensuite comme des hélicoptères, mais à des vitesses peu élevées. En Allemagne, la philosophie du taxi volant semble différente avec le projet appelé e.SAT (Silent Air Taxi). Soutenu par le Conseil allemand des sciences et des sciences humaines (RWTH), l’université d'Aix-la-Chapelle et Le Fraunhofer IPT (Institute for Production Technology), le projet vise à développer un avion à motorisation hybride à voilure fixe. Cela fait plus de quatre ans que les scientifiques planchent sur un démonstrateur qui a déjà fait l’objet de nombreux dépôts de brevet. Avec son aile qui vient entourer le fuselage, l’appareil est propulsé par deux moteurs conçus par MTU Aero. La firme ne donne pas encore de détails sur l'hybridation, mais explique que l'aéronef pourra évoluer à 300 km/h. Son rayon d’action sera de 1.000 kilomètres.

Présentation du taxi volant Silent Air Taxi. La start-up e.SAT prévoit le premier vol pour 2022. © e.SAT, YouTube

Objectif silence

Le profil d’aile rappelle le concept Transonic Truss-Braced Wings (TTBW) de Boeing. Au début de l'année 2019, l’avionneur avait alors dévoilé un projet d'avion court-courrier d'une capacité de 150 passagers doté d’ailes ultrafines soutenues par des supports aérodynamiques. L’intérêt d’une telle aile, c’est qu’elle ne présente qu’une faible traînée et délivre donc un excellent rendement. Dans le cas de l’avion e.SAT, en plus d'adopter ce profil d'aile à fort rendement, l’idée est également de réduire au maximum le bruit de l'appareil surtout lors de ses phases de vol à proximité du sol. D’après e.SAT, la firme qui réalise ce projet, lors du décollage le bruit devrait être limité à 65 dBA, c'est-à-dire à peu près aussi fort que le bruit ambiant dans un restaurant. L’avion serait même inaudible au-delà de 100 mètres d’altitude.

Côté capacité d’emport, le « taxi » se...

> Lire la suite sur Futura