Marchés français ouverture 7 h 43 min
  • Dow Jones

    26 519,95
    -943,25 (-3,43 %)
     
  • Nasdaq

    11 004,87
    -426,48 (-3,73 %)
     
  • Nikkei 225

    23 418,51
    0,00 (0,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,1754
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • HANG SENG

    24 708,80
    -78,39 (-0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    11 316,21
    +32,12 (+0,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    262,72
    -9,97 (-3,66 %)
     
  • S&P 500

    3 271,03
    -119,65 (-3,53 %)
     

Que signifie la dévaluation monétaire?

·1 min de lecture

C'est un état inhérent à la vie des monnaies. Car, au gré des événements, ou décisions politiques, leur valeur peut fluctuer. Prenons le peso argentin. Voici des années qu'il perd de la valeur par rapport au dollar, la monnaie de référence mondiale. Un rien le fragilise. En 2019, le revers du président libéral sortant Mauricio Macri aux élections primaires a suffi pour faire dégringoler la devise argentine de 18,76% par rapport au billet vert. Plus récemment, la question se pose pour de nombreuses économies, en raison de la crise sanitaire du coronavirus.

Lire aussi - Nicolas Dufourcq, le banquier urgentiste de l'Etat

La valeur d'une devise peut baisser du fait de son traitement sur le marché des changes. On parle alors de dépréciation. Différentes causes sont possibles : récession, déficit commercial ou émission de monnaie par la Banque centrale. Une monnaie connaît aussi une dévaluation lorsque les autorités monétaires décident d'abaisser son taux de change par rapport à une référence (une monnaie étrangère comme le dollar, par exemple). La dernière en France remonte à 1983, au temps du franc.

Retrouvez toutes les antisèches du Journal de Demain ici

 Lorsqu'une dévaluation est choisie, on la dit "compétitive" car elle opère comme une arme. Exemple : la dévaluation du yuan (plus de 7 yuans pour un dollar) décidée le 5 août 2019 par Pékin. En laissant filer leur monnaie, les Chinois ont cherché à soutenir leurs exportations et à atténuer l'impact des droits de douanes a...


Lire la suite sur LeJDD