La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    41 166,95
    +85,72 (+0,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

"Side project" : comment jongler entre un emploi à temps plein et un projet d'entreprise ?

·1 min de lecture

Il pique, il coud, il épingle, il surjette… Du matin au soir, dans les transports en commun ou pendant sa pause déjeuner, Sébastien Mandrier, 32 ans, assistant de gestion dans une banque, profite de chaque minute de son temps libre pour s'adonner à sa passion : la couture. «J'ai commencé à créer des vêtements pendant le premier confinement. Depuis, je ne peux plus m'en passer. C'est mon “truc à moi”, en dehors de mon temps de travail», explique ce financier, qui crée chemises et tee-shirt pour son propre plaisir et, peut-être un jour, celui des autres. «Je revis ! Ça me donne des objectifs et un nouvel élan. C'est vital en ce moment, reconnaît-il, car je m'ennuie un peu dans mon boulot et je manque de perspectives.»

Un hobby du dimanche, un passe-temps pour occuper les longues soirées sous couvre-feu ? Pas du tout ! Sébastien Mandrier est le profil type du salarié essoufflé par son train-train professionnel qui mène avec assiduité un «side project». Tout droit venu de la Silicon Valley, ce terme désigne un projet «créa-kif» dans lequel on investit du temps, de l'énergie, voire des ressources, sans pour autant quitter son job. «C'est plus qu'un simple loisir. Un side project se rapproche d'un projet professionnel : on se fixe des objectifs, on a envie de lancer son idée, de se l'approprier et de la voir grandir», nuance Charlotte Appietto, créatrice du site Pose ta Dem'.

>> A lire aussi - Reconversion professionnelle : néopaysans, ils témoignent de leur passion

Grâce à ses programmes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pôle emploi : le nombre de chômeurs sans aucune activité bondit de 6,3% sur un an
La majorité des DRH estiment que le télétravail est appelé à durer
Emploi : 10 conseils pour garder un coup d'avance
"Le travail n'a plus à être un fardeau !"
Comment est votre mois d’avril : plutôt hiémal ou vernal ?