La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 227,03
    +646,95 (+1,87 %)
     
  • Nasdaq

    15 225,15
    +139,68 (+0,93 %)
     
  • Nikkei 225

    27 927,37
    -102,20 (-0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,1285
    -0,0032 (-0,28 %)
     
  • HANG SENG

    23 349,38
    -417,31 (-1,76 %)
     
  • BTC-EUR

    43 646,90
    -92,50 (-0,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 280,66
    +20,50 (+1,63 %)
     
  • S&P 500

    4 591,67
    +53,24 (+1,17 %)
     

Siège auto : pourquoi bébé n’est pas suffisamment protégé

·2 min de lecture

Trop de parents ignorent la loi qui oblige à installer un enfant dos à la route jusqu’à 15 mois. D’où l’intérêt du siège Cybex face-à-la-route, réputé aussi sûr qu’un dos-à-la-route. A l’inverse, le fabricant Axkid milite pour installer les enfants dos à la route jusqu’à l’âge de... 7 ans. Deux visions, deux approches.

Poussette et siège auto, même combat : un modèle “premier prix” vous en donne pour votre argent. Mais là où la poussette sophistiquée se focalise sur les astuces pour faciliter la vie des parents, le siège auto haut-de-gamme se préoccupe avant tout de garantir le plus haut degré de protection, au-delà du strict minimum exigé par la réglementation européenne (R129).

En ce domaine comme en d’autres, toutefois, le prix ne constitue pas une garantie absolue de satisfaction. Certes, il est bien rare de voir un siège auto premier prix sortir vainqueur de l’un des tests comparatifs menés par les automobiles clubs et la presse consumériste. A l’inverse, le siège le plus cher n’est pas forcément le mieux noté. Car à trop vouloir innover pour se démarquer des sièges auto “à pas cher”, certains fabricants sombrent dans le gadget inutile. On ne compte plus les harnais-miracles qui n’empêchent finalement pas les erreurs d’installation. Or, un enfant mal retenu est un enfant mal protégé, en cas de choc.

Les parents veulent interagir avec leur enfant : beaucoup l’installent trop tôt face à la route

En 2015, une étude signée du fabricant de sièges Bébé Confort, avec le concours de l’association Prévention routière constatait que 34 % des enfants étaient mal retenus et 48 % des sièges auto étaient mal installés dans les 330 véhicules inspectés. Les choses ne s’améliorent guère puisque, selon les chiffres publiés en 2019 par la même association, en moyenne "deux enfants sur trois sont mal, voire pas du tout attachés en voiture”.

Il y a pire. La norme européenne dite “I-Size” exige l’installation de l’enfant dos à la route jusqu’à l’âge de 15 mois, même si les médecins sont nombreux à recommander aux parents de pousser cette précaution nécessaire jusqu’à 4 ans, afin d’atténuer la gravité des lésions cervicales. Or, selon la Prévention routière, ce délai de 15 mois est loin d’être respecté par tous les parents, pressés de retourner le siège pour distinguer le visage de leur progénit[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles