Marchés français ouverture 4 h 24 min
  • Dow Jones

    33 947,10
    -482,78 (-1,40 %)
     
  • Nasdaq

    11 239,94
    -221,56 (-1,93 %)
     
  • Nikkei 225

    27 902,11
    +81,71 (+0,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,0506
    +0,0009 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    19 331,45
    -186,84 (-0,96 %)
     
  • BTC-EUR

    16 242,13
    -281,81 (-1,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    403,29
    -7,92 (-1,93 %)
     
  • S&P 500

    3 998,84
    -72,86 (-1,79 %)
     

Shinta Kamdani, cette femme d'affaires et militante qui s'invite à la table des puissants (Musk, Blair...)

Anne-Marie Rocco

Shinta Kamdani dirige Sintesa, un important conglomérat commercial et industriel indonésien. Elle a été choisie pour présider le B20, ce think tank "business" qui se réunit les 13 et 14 novembre à Bali, en amont du G20 des gouvernements des pays les plus puissants du monde.

"En Indonésie, une femme doit toujours faire ses preuves." Prendre la tête d’un conglomérat familial de 1,2 milliard de dollars de chiffre d’affaires, doté de 16 filiales dans la distribution alimentaire, l’industrie, l’immobilier et l’énergie, et valorisé autour de 10 milliards : voilà qui est plutôt rare dans ce pays musulman de 270 millions d’habitants, producteur de pétrole et première économie d’Asie du Sud-est.

Rien d’étonnant à ce que Shinta Kamdani, actionnaire et PDG du groupe Sintesa, ait été plusieurs fois désignée comme l’une des 100 femmes les plus puissantes d’Asie. Ni qu’elle ait été choisie pour présider le B20 ("B" pour business), un groupe de dirigeants d’entreprises qui se réunit juste avant le G20, actuellement sous présidence indonésienne, dont les représentants des gouvernements se retrouveront les 15 et 16 novembre à Bali.

Une femme d'influence dans un monde masculin

Féministe, cette mère de quatre enfants – deux garçons et deux filles – est très active dans le monde des affaires, présente dans toutes les organisations, comme la chambre de commerce et d’industrie, "dominées par les hommes". Une démarche volontariste : "je dirige mon entreprise pour moi et pour mon pays, affirme-t-elle. C’est ma contribution pour le faire évoluer, même si ce n’est pas à un niveau gouvernemental."

Son parcours n’a pas toujours été simple, reconnaît cette femme de caractère, pour qui "les femmes, en Indonésie, ont besoin d’être soutenues." C’est ce qui l’a conduite à créer la Coalition des entreprises indonésiennes pour l’autonomisation des femmes, afin de susciter une prise de conscience chez les autres chefs d’entreprise. "Les multinationales ont toutes mis en place des programmes d’inclusion des femmes, explique-t-elle, mais pas les compagnies locales."

Instaurer plus de flexibilité pour faciliter la conciliation entre le travail et la vie privée, réduire les écarts de salaires entre les hommes et les femmes, lutter contre le harcèlement sexuel, favoriser [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi