Publicité
La bourse ferme dans 7 h 35 min
  • CAC 40

    7 654,92
    -16,42 (-0,21 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 927,74
    -19,99 (-0,40 %)
     
  • Dow Jones

    39 134,76
    +299,90 (+0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0681
    -0,0025 (-0,23 %)
     
  • Gold future

    2 374,20
    +5,20 (+0,22 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 180,64
    -1 441,25 (-2,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 353,44
    -6,89 (-0,51 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,15
    -0,14 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 209,20
    -44,98 (-0,25 %)
     
  • FTSE 100

    8 260,28
    -12,18 (-0,15 %)
     
  • Nasdaq

    17 721,59
    -140,64 (-0,79 %)
     
  • S&P 500

    5 473,17
    -13,86 (-0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 027,72
    -307,60 (-1,68 %)
     
  • GBP/USD

    1,2640
    -0,0020 (-0,16 %)
     

Shein, Stripe, PowerCo… des introductions en Bourse attendues au tournant

Adobe Stock

Les entrées en Bourse commencent à reprendre et les acteurs financiers sont plein d'espoir en 2024, après deux ans au ralenti du fait de la hausse des taux d'intérêt. Au premier trimestre, l'opérateur boursier Euronext, qui gère sept Bourses en Europe, a enregistré 10 nouvelles cotations d'entreprises sur ses marchés et voit revenir les opérations à gros montant, avec notamment les arrivées de l'éditeur français de logiciels Planisware à Paris et du fonds d'investissement luxembourgeois CVC à Amsterdam en avril.

Des opérations qui ont en plus été bien accueillies, ce qui pourrait attirer d'autres entreprises: «Planisware a vu son cours de Bourse progresser déjà de 40% depuis sa première cotation (fin avril, NDLR), ce n'était pas forcément le cas des IPO (introductions en Bourse, NDLR) de 2022», souligne Guillaume Morelli, responsable des introductions en Bourse d'Euronext. Dans le monde entier, le cabinet EY a recensé 287 introductions en Bourse au premier trimestre, avec surtout de fortes hausses des montants levés aux États-Unis et en Europe.

Des signaux encourageants après deux dernières années «marqués par des hausses de taux, les plus rapides qu'on ait jamais connues dans l'ère moderne des marchés de capitaux, par des bulles d'inflation qui ont un impact significatif sur la croissance économique», retrace Guillaume Morelli, qui souligne que «les PME et ETI ont plus souffert que d'autres». En 2021, l'abondance de liquidités déversées sur les marchés financiers pour soutenir (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Crillon, Ritz, Bristol : comment le mercato des grands chefs s'organise en coulisses
Caddie : un… quatrième redressement judiciaire en 10 ans pour le fabricant de chariots
Atos : Le Maire veut sanctuariser les activités de contrôle des centrales nucléaires, «stratégiques»
CAC 40 : la Bourse de Paris à l'équilibre, dans l'attente de l'inflation
Bourse : Nvidia explose les compteurs, jusqu’où ira le numéro 1 de l'intelligence artificielle ?