Marchés français ouverture 3 h 35 min
  • Dow Jones

    33 947,10
    -482,78 (-1,40 %)
     
  • Nasdaq

    11 239,94
    -221,56 (-1,93 %)
     
  • Nikkei 225

    27 925,87
    +105,47 (+0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0502
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 336,79
    -181,50 (-0,93 %)
     
  • BTC-EUR

    16 202,12
    -311,82 (-1,89 %)
     
  • CMC Crypto 200

    401,83
    -9,39 (-2,28 %)
     
  • S&P 500

    3 998,84
    -72,86 (-1,79 %)
     

Comment Shares veut féminiser l’accès au trading

Mahema Productions

Benjamin Chemla, avec François Ruty et Harjas Singh, a fondé en 2021 ce réseau social permettant d'acheter des actions et des cryptomonnaies. Il sera accessible dans toute l'Europe en décembre. Il est l'invité du Club Entrepreneurs Challenges-Grant Thornton.

Challenges - Après avoir fondé la plateforme logistique Stuart, pourquoi s'aventurer dans une plateforme de trading?

Benjamin Chemla - J'ai revendu Stuart à La Poste en 2017, puis ai lancé un concept de salles de sport à New York. Mais l'aventure s'est arrêtée net en mars 2020, alors que nous réalisions 500.000 dollars de revenus mensuels. J'ai maintenu l'activité pendant dix mois. Fin 2020, je suis rentré en France après avoir tout perdu. Paradoxalement, ce contexte a été le terreau fertile à la création de ce nouveau réseau social, Shares.

En quoi consiste ce concept?

Shares est une application mobile qui permet d'investir et d'acheter des actions de sociétés cotées et, depuis novembre, des cryptomonnaies. C'est aussi un réseau social: il est possible d'ajouter des contacts, d'avoir accès en temps réel à leurs portefeuilles et d'interagir avec eux sur des centres d'intérêt commun.

Pourquoi avoir commencé par l'Angleterre en avril 2022?

Le marché anglais est le plus grand en Europe en termes d'activités. C'est aussi lié à un arbitrage réglementaire, car nous avons d'abord obtenu le feu vert de l'autorité financière britannique. Le lancement dans le pays a été incroyable: 150.000 utilisateurs actifs et 220.000 téléchargements. Aujourd'hui, nous arrivons au bout de notre démarche pour obtenir le passeport européen qui permettra à Shares de s'installer dans toute la zone avant la fin de l'année.

Le marché des applications financières n'est-il pas déjà saturé?

Il existe de nombreuses applications de trading pour un public éduqué à la finance. Récemment, de nouveaux acteurs sont arrivés en Europe, mais pas encore en France. Et aucun n'a réussi à s'imposer comme un acteur global. Ils ont aussi raté le coche du social. Le boulevard est immense pour Shares.

Lire aussi Ils ont confiance : le regard de Benjamin Chemla, serial entrepreneur et investisseur

Shares est une application gratuite. Comment vous rémunérez-vous?

Nous privilégions une approche en volumes, en prélevant[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi