La bourse ferme dans 5 h

SFR place 40% de ses troupes au chômage partiel

SFR veut recourir au chômage partiel pour près de la moitié de ses salariés ! L'opérateur de télécommunication a fait une demande de chômage partiel concernant 5.000 postes, soit 40% de l'effectif. Une annonce dénoncée comme un "effet d'aubaine" par la CFDT, qui conteste la justification économique de la mesure dans un communiqué ce mardi 24 mars. Pour la CFDT, le pôle télécom d'Altice France (SFR et d'autres filiales) est certes constitué de boutiques "au sein desquelles les vendeurs ne peuvent assurément ni effectuer leur travail en présentiel ni à distance", mais aussi "de milliers d'autres salariés qui peuvent parfaitement continuer de travailler à distance".

Par ailleurs, "les clients en parc ne résilient pas soudainement leurs abonnements" et "au contraire, la période montre que les connexions explosent ... et les forfaits avec", indique le syndicat, pour qui "la justification économique qualifiée de dramatique par la direction n'est donc absolument pas constituée". Dans son communiqué, la CFDT évoque une demande de chômage partiel émanant de la direction concernant 6.000 salariés, soit quelque 60% de l'effectif.

>> À lire aussi - Quand SFR arrondit les factures de ses clients

Pour sa part, SFR évoque 5.000 salariés au chômage partiel (dont 3.500 pour la force de vente), soit 40% du périmètre de 12.000 salariés et invoque la fermeture des boutique mais aussi l'arrêt des fonctions développement et de toutes les activités annexes. "Nous mobilisons la maintenance, la supervision et l'accompagnement des clients", a indiqué le directeur de la communication Nicolas Chatin.

SFR ne compensera pas le manque à gagner pour les salariés

La CFDT rappelle que "le chômage partiel consiste à faire indemniser par la collectivité nationale le financement de la masse salariale des salariés concernés pendant la période envisagée", ces derniers se voyant "amputés de 16% de leur salaire". La société ne prévoit pas de compenser le manque à gagner pour les salariés, a assuré Nicolas Chatin.

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Vladimir Poutine annonce une semaine chômée en Russie pour endiguer l’épidémie
Croissance : le choc aux Etats-Unis sera décisif pour la France, juge Bruno Le Maire
Elon Musk met la main à la poche pour venir en aide aux Etats-Unis
4 traitements du coronavirus à l'étude en Europe
Retraités à l’étranger, cette garantie pour continuer à percevoir votre pension