Marchés français ouverture 4 h 29 min
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,20 (+1,85 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,65 (+1,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 926,03
    +61,71 (+0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1903
    -0,0021 (-0,18 %)
     
  • HANG SENG

    28 739,11
    -359,18 (-1,23 %)
     
  • BTC-EUR

    42 547,65
    +583,54 (+1,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 022,87
    +79,70 (+8,45 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     

SFAM, la startup du mobile devenue licorne, ouvre 100 boutiques

·2 min de lecture

Ce jeudi, le groupe SFAM devient Indexia. Nouvelle identité pour ce groupe d'assurance de téléphones qui affiche une croissance de... 1100% en cinq ans et plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires. Et nouveau défi pour son président, cavalier émérite, qui lance sa "licorne" dans un nouveau défi avec la création d’un réseau de boutiques "physiques", Hubside stores.

Cela résonne comme un défi : il y a quelques jours, rue de Rennes, à quelques mètres de l’immense magasin Fnac Darty, s'est ouverte la première boutique Hubside Stores de Paris. Une belle revanche pour Sadri Fegaier, 42 ans, autodidacte et fondateur de SFAM, la Société française d'assurances multirisques (aujourd'hui Indexia). En 2018, il mettait 330 millions d’euros sur la table et comptait bien utiliser cette position d'actionnaires pour augmenter son activité avec le distributeur. Mais son coup d'éclat est jugé inamical par la direction du distributeur et Enrique Martinez, son PDG, change de fournisseur. "SFAM a voulu jouer en force. Mais Enrique a tenu la barre et il est resté ferme", explique Delphine Mousseau, administratrice de Fnac Darty. C’est un revers pour le groupe.

Mais cela n’a pas mis fin à cette étonnante success story. Bien au contraire. Sadri Fégaier, toujours sanglé dans un costume slim bleu, a du flair, à défaut de diplômes. "Je ne faisais pas d’étincelle à l’école", reconnaît cet autodidacte, qui, à 20 ans, à la fin des années 1990, un BTS dans une poche, et un emprunt de 90.000 francs dans l’autre, ouvre, à Romans-sur-Isère, sa première boutique de vente de mobiles et d'abonnements à SFR. Dix ans plus tard, il a déjà un réseau de cinq boutiques, qu’il revend bientôt pour se lancer dans l'assurance. Bien vu : avec l’arrivée des smartphones, les prix des appareils s’envolent et les abonnés se ruent sur les assurances de mobiles. L’activité patine, puis explose. En 2015, le groupe ne fait que 50 millions d’euros de chiffre d’affaires. Mais en 2018, il dépasse déjà les 500 millions avant d’atteindre le milliard l’an dernier.

Accrocs sur le chemin de la croissance

Bien sûr, cette croissance ne va pas sans accrocs. Le groupe est la cible d’attaques du magazine 60 millions de consommateurs, qui pointe des consommateurs s'estimant victimes de vente forcée (ils souscrivent une assurance en même temps qu’un achat de mobile ou d’abonnement). Le groupe [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi