La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 600,66
    +54,17 (+0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 126,70
    +30,63 (+0,75 %)
     
  • Dow Jones

    34 479,60
    +13,40 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 879,60
    -16,80 (-0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    30 719,81
    +1 153,96 (+3,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    924,19
    -17,62 (-1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    70,91
    +0,62 (+0,88 %)
     
  • DAX

    15 693,27
    +122,07 (+0,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 134,06
    +45,88 (+0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 069,42
    +49,12 (+0,35 %)
     
  • S&P 500

    4 247,44
    +8,26 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 948,73
    -9,87 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,25 (+0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,4117
    -0,0060 (-0,42 %)
     

Seul depuis plus d'un an, il veille sur un hôtel de luxe new-yorkais

·1 min de lecture

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, un homme vit confiné dans un hôtel 5 étoiles de Manhattan. Alors que l'établissement s'apprête à rouvrir, ce volontaire s'apprête à retrouver sa liberté, rapportent le New York Post et Crain, ce 17 mai. Lors du confinement de la grosse pomme en mars 2020, les pompiers avaient conseillé aux hôtels de garder du personnel en place en cas de problème. La direction de The Chatwal, hôtel de luxe de 76 chambres dans le Midtown, avait alors choisi Robert Mallia.

Cet homme, un célibataire de 36 ans, s'était alors porté volontaire, alors que les autres candidats craignaient de ne pas pouvoir voir leurs proches pendant de longues semaines, voire mois. "Avoir la chance de vivre dans un bâtiment sur lequel vous avez travaillé est cool. Mon appartement est assez modeste par rapport à un hôtel de luxe cinq étoiles", s'était alors réjoui Robert Mallia, architecte designer pour le groupe Dream Hotel.

>> A lire aussi - Un hôtel chinois avec un enclos d’ours polaires crée le scandale

Pendant 14 mois, le trentenaire a vécu dans la chambre 307. "Lorsque les semaines sont devenues des mois, je me suis habitué à ma chambre. Je suis content dans ma cellule maintenant", a-t-il ironisé auprès de Crain's New York Business. Et de poursuivre : "Au début, c'était étrange. C'était parfaitement silencieux."

L'hôtel vidé de ses 59 employés, Robert Mallia a dû faire lui-même le ménage et devait se commander des plats à emporter pour manger. Son emploi du temps quotidien (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Natixis échappe à une amende de l’UE pour entente entre banques sur les obligations
“Le premier travail d’un data scientist, c’est de nettoyer la donnée”
Hydrogène : McPhy envisage de construire une gigafactory à Belfort
EasyJet : des résultats dans le rouge, pas de reprise prévue avant l'été
Cancer : en oncologie, Sanofi va présenter les résultats de ses recherches scientifiques de rupture