Marchés français ouverture 6 h 34 min
  • Dow Jones

    33 596,34
    -350,76 (-1,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 014,89
    -225,05 (-2,00 %)
     
  • Nikkei 225

    27 720,40
    -165,47 (-0,59 %)
     
  • EUR/USD

    1,0459
    -0,0010 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    19 441,18
    -77,11 (-0,40 %)
     
  • BTC-EUR

    16 324,53
    -128,72 (-0,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    402,94
    +1,13 (+0,28 %)
     
  • S&P 500

    3 941,26
    -57,58 (-1,44 %)
     

Seul aux commandes, TF1 revoit sa grille stratégique

SARAH MEYSSONNIER

Oublié, son mariage raté avec M6! Le groupe audiovisuel, toujours leader en Europe, a tracé une feuille de route très claire à son futur PDG: cap sur les nouveaux usages sans perdre en suprématie publicitaire.

Deux mois de bras de fer, d’intox et d’écran noir. Le 4 novembre, TF1 a mis fin à la brouille sur son contrat de distribution avec Canal+, qui avait coupé le signal de ses chaînes aux abonnés, les privant de TF1, TMC, TFX, TF1 Séries Films et LCI. La paix a été signée avant le début de la Coupe du monde de foot, pari stratégique pour les deux clans. Mais la guerre a fait des dégâts: à l’heure du 20-heures, des téléspectateurs sont partis sur France 2, sans garantie de retour. En octobre, la part d’audience du groupe a perdu 2 points, à 25,6 %.

Sans parler du manque à gagner publicitaire: si TF1 jure que celui-ci est nul sur les moins de 50 ans, cible chérie des annonceurs, son chiffre d’affaires hors pub digitale, plombé aussi par la crise, a chuté de 9 % au troisième trimestre, à 328 millions d’euros. Ouf? La trêve, aux détails secrets, signe la fin d’une rentrée agitée pour TF1. L’automne s’annonçait pourtant flamboyant, avec des rendez-vous inédits, des franchises bien rodées (Mask Singer,Star Academy...) et 28 des plus belles affiches du Mondial au Qatar. TF1 s’apprêtait surtout à épouser M6 pour former un duo qui pèserait enfin en Europe. Mais après dix-huit mois de contorsions devant l’Autorité de la concurrence et 17 millions de frais d’avocats pour TF1, le duo a jeté l’éponge.

Délinéarisation

TF1 doit réinventer sa vie en solo. Une mission confiée, une semaine après la rupture, à Rodolphe Belmer, patron rompu aux médias, récemment parti d’Atos. "Je le connais depuis des années. Dès qu’il a fallu trouver un plan B à la fusion, j’ai pensé à lui, assure Gilles Pélisson, DG depuis 2016. En septembre, j’ai voulu vite passer la main pour que TF1 ne connaisse pas de trou d’air et reste en mouvement autour d’un nouveau projet." Sacré directeur général fin octobre, Rodolphe Belmer deviendra PDG en février 2023. Sa feuille de route est tracée par l’actionnaire: "Bâtir une plate-forme qui mène vers la télé délinéarisée, adaptée aux nouveaux usages, tout en maintenant [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi