La bourse est fermée

Serrurier, serrure connectée : tout ce qu’il faut connaître

latribune.fr
 

Le concept de la serrure connectée est depuis longtemps mis en œuvre dans le domaine professionnel (en particulier hôtelier) et dans la sphère industrielle. De plus en plus de particuliers ont aujourd'hui recours à un serrurier pour installer ces dispositifs intelligents. Que faut-il savoir à propos des serrures connectées ? Découvrez quelques éléments d'explication au fil de cet article.

Quel est le principe de fonctionnement d'une serrure connectée ?

Lorsqu'une intervention en dépannage de serrurerie à Lyon ou d'autres grandes villes de France concerne une serrure électronique, les méthodes pour dépanner l'occupant du domicile ou du local concerné sont différentes d'une intervention classique. Et pour cause, puisque ce modèle ne répond pas à un principe de verrouillage habituel. Concrètement, aucune clé n'est nécessaire pour fermer ou déverrouiller des portes qui en sont équipées.

C'est un courant électrique qui s'en occupe, dont l'impulsion peut émaner de différents supports ou appareils, de la carte magnétique au smartphone. Tout type de portes peut accueillir une serrure connectée, de la porte d'entrée d'une habitation aux à la porte de garage, en passant par le coffre-fort et le portail extérieur.

Quels sont les avantages offerts par ce genre de dispositifs ?

Pour les entreprises, mais également pour les particuliers, recourir à un serrurier pour installer ce type de mécanisme de verrouillage recouvre un certain nombre d'avantages :

  • Les risques de pertes ou de vols de clef sont nuls.
  • L'installation du dispositif n'est pas compliquée, et il se montre relativement facile d'usage quel que soit le modèle.
  • Après qu'un serrurier ait mis en place le dispositif sur votre porte, l'ouverture est automatique. L'occupant du domicile peut entrer ou sortir de chez lui même en ayant les bras chargés.
  • C'est l'intégralité des portes du logement qui peuvent être équipées d'une serrure connectée,

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr