Marchés français ouverture 1 h 32 min
  • Dow Jones

    31 802,44
    +306,14 (+0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 609,16
    -310,99 (-2,41 %)
     
  • Nikkei 225

    29 027,94
    +284,69 (+0,99 %)
     
  • EUR/USD

    1,1864
    +0,0011 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 809,08
    +268,25 (+0,94 %)
     
  • BTC-EUR

    45 682,54
    +2 786,97 (+6,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 091,63
    +67,42 (+6,58 %)
     
  • S&P 500

    3 821,35
    -20,59 (-0,54 %)
     

"Je serai bientôt au RSA" : la crise du Covid-19 a transformé des travailleurs précaires en chômeurs

Sarah Lemoine
·1 min de lecture

"C'est une année horrible ! On ne s'en sort pas, et j'ai l'impression qu'on ne s'en sortira pas tout de suite !" Pour Pascal, tout s’est arrêté brutalement le 16 mars, lors de l’annonce du premier confinement. Avant la crise, ce maître d’hôtel dans l’événementiel enchaînait les extras en CDD. Il supervisait les cocktails, les réceptions.

Comme lui, nombreux sont les Français à avoir perdu leur emploi et à avoir sombré dans la précarité ces derniers mois. On connaîtra mardi 27 janvier, les chiffres du chômage pour le quatrième trimestre de 2020.

À la fin du troisième trimestre, on comptait 3,67 millions de chômeurs en catégorie A, c'est-à-dire sans aucune activité. Beaucoup de travailleurs précaires sont venus rejoindre cette catégorie, notamment dans les secteurs fermés administrativement.

Pas de perspective, peu d'optimisme

De son côté, Pascal est peu optimiste pour la suite : "je suis intermittent de la restauration. Je travaille beaucoup dans l'institutionnel, le luxe et la mode. L'évenementiel n'est pas prêt de reprendre. Aujourd'hui les entreprises font attention à ce qu'elles font et ce qu'elles dépensent et l'évenementiel n'est pas leur priorité."

Depuis le 16 mars dernier, Pascal a pu retravailler vingt jours en tout. Aujourd’hui, il s’en sort grâce à son allocation chômage qui prendra fin au printemps : (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi