La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 680,46
    -150,55 (-0,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Sept personnes jugées pour le détournement de 650 000 euros de chômage partiel

Sept escrocs auraient détourné 650 000 euros d'aide aux entreprises - Getty Images/iStockphoto (Getty Images/iStockphoto)

Six hommes et une femme seront jugés par le tribunal correctionnel de Versailles en janvier 2023. Ils sont accusés d’avoir détourné 650 000 euros d’aide aux entreprises durant la crise financière.

Certains arnaqueurs se fichent bien de savoir à quoi sert l’argent qu’ils volent. C’est probablement le cas des six hommes et de la femme qui seront jugés en janvier 2023 par le tribunal correctionnel de Versailles. Ce petit groupe est en effet soupçonné d’avoir détourné 650 000 euros d’aide d’État censée aider les entreprises à traverser la crise sanitaire du Covid-19, rapporte le journal Le Parisien.

L’enquête commence par une simple alerte de Tracfin, un service de renseignement français surveillant les transactions financières suspectes, au parquet de Versailles. Grâce à cette information, les enquêteurs remontent la piste de trois hommes, deux frères habitant à Chanteloup-les-Vignes, dans les Yvelines, et un de leurs cousins habitant le sud de la France. Ce dernier aurait proposé aux deux autres de créer de fausses sociétés et de déclarer de faux employés pour toucher des aides.

Un système bien rôdé

Une méthode payante puisqu’ils ont ainsi récolté environ 650 000 euros, qu'ils ont dû commencer à blanchir. Pour cela, ils auraient demandé à des membres de leur famille et à des amis d’ouvrir des comptes dans des banques en ligne ou à l’étranger afin d’y transférer une partie de leurs gains illégaux. Les escrocs avaient toutefois l’intelligence de ne faire circuler que de petites sommes, qui passaient en Allemagne, avant de partir vers des paradis fiscaux où elles disparaissaient.

Ayant compris le fonctionnement du système, les enquêteurs ont finalement interpellé les trois hommes à la fin du mois de mai 2022, avant de les placer en garde à vue. Ils ont ensuite procédé à des perquisitions à leurs différents domiciles où ils ont notamment trouvé 30 000 euros en liquide et 30 000 euros d’avoirs criminels. Quatre autres personnes ont été finalement interpellées, une à Rennes, une à Paris, une en banlieue parisienne et une dernière à Saint-Dizier, dans la Haute-Marne. Leur procès devant la chambre financière du tribunal de Versailles se tiendra le 23 janvier 2023.

VIDÉO - Les arnaques et escroqueries qui touchent le plus les Français en 2022