La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,64 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    -0,0099 (-0,81 %)
     
  • Gold future

    1 733,00
    -42,40 (-2,39 %)
     
  • BTC-EUR

    36 230,70
    -3 179,60 (-8,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    912,88
    -20,25 (-2,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,66
    -1,87 (-2,94 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,92 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3922
    -0,0091 (-0,65 %)
     

"Je me suis sentie coupable et trahie" : les cyberviolences contre les mineurs ont explosé lors des confinements

Alain Gastal
·1 min de lecture

"J'avais des groupes d'amis où, exemple, on s'envoyait des vidéos juste pour voir, c'était dans un groupe Snapchat", décrit Kathya, qui va sur ses 15 ans. Avec quelques copines, elle a l'habitude d'échanger des vidéos dans des groupes privés, une activité qui s'était intensifiée en mars 2020, avec le premier confinement. Il s'agissait de vidéos de danse un peu suggestives, mais habillées. Mais tout change pour Kathya le jour où l'une de ses vidéos se retrouve accompagnée de propos très obscènes, sur un pseudo-compte ouvert à son nom. C'est un cas parmi de nombreux autres : l'association e-Enfance a vu les appels concernant ces délits augmenter de 57% en 2020.

À la suite du confinement, Kathya voit donc des vidéos d'elle-même circuler. C'est en réalité une autre personne qui se faisait passer pour elle. "Elle écrivait des messages obscènes sur les vidéos qu'elle mettait. Je me sentais coupable d'avoir fait ces vidéos, je me sentais mal, explique l'adolescente. Alors que dans ces cas-là, vous êtes plutôt la victime, car ce sont vos vidéos qui ont été diffusées, c'est une personne qui a pris votre identité et a fait tourner. Je me sens trahie."

"J'avais confiance en ces personnes mais aujourd'hui, elles me font ça derrière moi. Pourquoi ?"

Kathya, victime de cyberviolence

à franceinfo

Un peu sonnée, Kathya a tout de même eu le bon réflexe d'en parler à sa mère, qui est donc allée voir les vidéos sur la toile. Quand elle a découvert sa fille jetée en pâture, elle a tenté de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi