La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 136,38
    +98,94 (+0,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

La sensation de toucher arrive sur les robots

La sensation de toucher nous apporte beaucoup d’informations sur les objets et nous permet plus facilement de les attraper ou d’interagir avec. C’est un sens qui manque aux robots, tout du moins jusqu’à présent. Les ingénieurs du California Institute of Technology (Caltech) ont développé une peau artificielle capable de détecter la pression, la température et même des produits toxiques.

Cette peau, décrite dans la revue Science Robotics, a été développée dans le cadre d’un système plus complet qui permet à un opérateur humain de contrôler les mouvements d’un robot et de ressentir ce que ce dernier touche. La peau est fabriquée avec un hydrogel gélatineux qui incorpore des capteurs, ce qui la rend plus molle comme une peau humaine.

Présentation de la peau artificielle. Activez la traduction automatique des sous-titres. © Caltech

Des capteurs imprimés pour détecter des explosifs

Les chercheurs ont créé une structure à base de fils de nanoparticules d’argent sur laquelle ils impriment directement les capteurs, ce qui leur permet de tester plus facilement nombre de configurations différentes. Ils utilisent par exemple du graphène imprégné de platine pour détecter le trinitrotoluène (TNT). La peau artificielle peut même détecter des virus grâce à des nanotubes de carbone sur lesquels ils ont ajouté des anticorps spécifiques.

Des électrodes imprimées sont placées sur le bras de l’opérateur et détectent les mouvements des muscles pour les reproduire sur le bras robotique. Ils ont entraîné une intelligence artificielle à reconnaître ainsi six gestes différents. L’opérateur reçoit un retour de la peau artificielle du robot sous la forme d’une stimulation électrique. Les chercheurs espèrent que leur système sera utilisé dans différents domaines, par exemple pour sentir la quantité de pesticides répandue sur un champ, trouver la source d’une pollution dans une rivière ou encore détecter des traces d’explosifs sur un sac suspect dans un aéroport ou une gare.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles