La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 053,94
    -39,02 (-0,11 %)
     
  • Nasdaq

    12 200,82
    +384,50 (+3,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 402,05
    +55,17 (+0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,0916
    -0,0078 (-0,71 %)
     
  • HANG SENG

    21 958,36
    -113,82 (-0,52 %)
     
  • BTC-EUR

    21 544,81
    -372,08 (-1,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    541,21
    -4,11 (-0,75 %)
     
  • S&P 500

    4 179,76
    +60,55 (+1,47 %)
     

Semi-conducteurs: pont d'or pour les puces made in France face à la pénurie

SP

Défis d'un monde en pénurie. (10/10). Intel, le franco-italien STMicroelectronics et l'américain GlobalFoundries ont répondu présents aux 30 milliards d'euros promis en février 2022 par l'Union européenne. Malgré un nouveau centre de R&D à Saclay et une nouvelle usine prévus à Grenoble, la concurrence de Taïwan reste rude.

Janvier 2021, le Covid frappe le monde entier. Le télétravail est devenu la norme, la demande de PC, après des années de stagnation, repart en flèche. Dans le même temps, les constructeurs automobiles consomment toujours plus de puces: il en faut une centaine pour une voiture classique, 400 pour un véhicule hybride mais 700 pour un électrique. Résultat, Taïwan, la Chine et la Corée du Sud n'arrivent plus à fournir.

La production automobile s'effondre. En Europe, c'est la panique. Bruxelles découvre qu'elle couvre à peine 20% de ses besoins et qu'elle a perdu la maîtrise technologique. Thierry Breton, commissaire européen, frappe un grand coup et promet 30 milliards d'euros d'aides aux industriels du secteur des semi-conducteurs, y compris étrangers.

Intel mise sur Saclay

Les grands fondeurs internationaux répondent présent. Intel dévoile dès mars 2022 un plan d'investissement historique de plusieurs dizaines de milliards d'euros pour produire des puces à Magdebourg en Allemagne avec un centre de recherche et développement sur le plateau de Saclay, prévu pour courant 2024, qui devient son nouveau "hub" européen de R&D, créant 1.000 nouveaux emplois de haute technologie.

De leur côté, GlobalFoundries (américain) et STMicroelectronics (franco-italien) mettent 5,7 milliards d'euros sur la table pour construire une usine près de Grenoble, à Crolles, où STMicroelectronics possède déjà un site de fabrication, et bénéficiera d'un soutien financier important de l'Etat français. La nouvelle usine, attendue autour de 2026, s'inscrit dans le plan européen "Chips Act" qui vise à porter la production de l'Europe à 20% de la capacité mondiale d'ici à 2030.

Lire aussiComment la grande distribution passe au système D pour affronter les pénuries

Tout va donc pour le mieux? Pas tout à fait. Intel ne manque pas de rappeler que la production de puces en Europe coûte 30 à 40% plus cher qu'en Asie. Quant à la maîtrise technologique, l'Europe est encore loin du compte. Elle va produire des[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi