Marchés français ouverture 5 h 27 min
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,26 (+0,66 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,44 (+0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    29 645,91
    +288,09 (+0,98 %)
     
  • EUR/USD

    1,2162
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    0,00 (0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    48 299,95
    -105,94 (-0,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 544,61
    +108,83 (+7,58 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     

Semi-conducteurs: l'Asie fabrique, l'Amérique conçoit

·2 min de lecture

SÉRIE LA FRANCE DÉPENDANTE [3/6] - Santé, défense, agriculture, informatique, finance… Dans certains secteurs clés, l'Hexagone n'a pas la main. L'Europe a notamment réalisé sa dépendance aux semi-conducteurs étrangers en début d'année, quand une pénurie mondiale a stoppé une partie de sa production automobile.

L'Europe a fait la découverte de sa dépendance au début de l'année. Une partie de sa production automobile a été arrêtée en raison d'une pénurie mondiale de semi-conducteurs. Le taïwanais TSMC, leader mondial, fournit 70% des composants électroniques destinés à l'automobile. "C'est une dépendance vis-à-vis de l'Asie excessive et inacceptable", s'était ému le ministre en constatant combien la pénurie menaçait d'autres secteurs, et l'économie en général.

Bercy a même envisagé de rapatrier une partie de la production de puces, sans préciser les modalités d'une telle opération. Un avion made in Europe, une voiture allemande ou française, une fusée Ariane, un navire sortant des chantiers navals, tous contiennent des semi-conducteurs très rarement fabriqués en Europe. Et le plus souvent dans les usines de TSMC ou de Samsung.

Conscients du risque de dépendance, les Etats-Unis veulent mettre 37 milliards de dollars sur la table pour soutenir Global Foundries, Micron Technology et Intel, qui vient d'ouvrir une nouvelle usine en Arizona. La Chine a débloqué 88 milliards de dollars pour atteindre 70 % d'autosuffisance d'ici à 2025.

90 % des puces utilisées en Europe viennent d'ailleurs

Plus grave encore, la conception des puces ne se fait plus guère en Europe. ARM, basé à Londres, qui conçoit des puces qui sont ensuite fabriquées en Asie, est en train d'être racheté par l'américain Nvidia. Et les Américains contrôlent 90% du marché mondial du design de composants avec des entreprises sans usine comme Qualcomm.

La bataille des puces est-elle perdue? Pas encore. L'Union européenne a présenté en décembre 2020 un plan de financement d'une "Alliance microélectronique" de 20 à 30 milliards d'euros pour produire des puces de quatrième génération avec une gravure de 2 à 3 nanomètres (contre 7 actuellement).

NOS CHAMPIONS
Le franco-italien STMicroelectronics est avec l'allemand Infineon (ex-Siemens) et le néerlandais NXP (ex-Philips) une cheville ouvrière de la contre-attaque europée[...]

Lire la suite sur challenges.fr