La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 544,89
    -402,21 (-1,18 %)
     
  • Nasdaq

    11 021,97
    -217,97 (-1,94 %)
     
  • Nikkei 225

    27 885,87
    +65,47 (+0,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,0474
    -0,0023 (-0,22 %)
     
  • HANG SENG

    19 441,18
    -77,11 (-0,40 %)
     
  • BTC-EUR

    16 180,25
    -252,25 (-1,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    399,07
    -2,73 (-0,68 %)
     
  • S&P 500

    3 936,95
    -61,89 (-1,55 %)
     

Semaine de la finance solidaire: des intérêts partagés

© geralt / Pixabay

Depuis quinze ans, le monde associatif et les acteurs financiers mettent en avant des produits au service de l'économie sociale et solidaire. Notre sélection.

Engagées dans la finance à impact social, Fair Finance et de nombreuses entreprises et associations organisent du 7 au 14 novembre la Semaine de la finance solidaire. On parle de placement solidaire lorsque l'épargne est investie dans des projets dits d'utilité sociale (lutte contre le chômage, accès au logement, entrepreneuriat dans les pays en développement, développement du microcrédit…) ou que tout ou partie des intérêts générés est reversé à ces causes. Fair Finance a délivré le label Finansol, qui fait autorité en France, à près de 200 produits d'épargne.

Mais tous ne se ressemblent pas, il faut donc choisir en fonction de son profil et des causes que l'on souhaite soutenir. Les épargnants les plus prudents privilégieront des livrets solidaires, où le capital est garanti comme pour un livret classique, mais où le détenteur peut partager ses intérêts perçus chaque année avec une association partenaire. Au Crédit coopératif, par exemple, le détenteur du Livret A comme Agir bénéficie du taux du Livret A (2% nets par an) mais choisit d'en reverser 25%, 50%, 75% ou la totalité à une association qui œuvre en faveur de l'accès au logement pour tous. Il recevra en contrepartie une réduction d'impôt sur le revenu (IR) de 66 % à 75 % du montant donné.

Choisir selon son profil et ses convictions

S'ils sont prêts à investir plus longtemps et/ ou en prenant un peu plus de risques, les épargnants ont un large choix : financer de l'habitat social, des entreprises solidaires, ou aider de jeunes agriculteurs à s'installer et assurer la pérennité de la filière en France. "C'est un investissement peu risqué car le foncier agricole est nécessaire et peu volatil, et ça offre un petit rendement", détaille Vincent Kraus, cofondateur de Fermes en vie.

Enfin, des fonds qui investissent sur les marchés boursiers sont également labellisés Finansol, car ils affectent 10 % à 15 % de leur encours au financement de projets d'économie sociale et solidaire ou reversent tout ou partie de leurs[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi