Publicité
La bourse ferme dans 5 min
  • CAC 40

    8 089,28
    -52,18 (-0,64 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 027,39
    -19,60 (-0,39 %)
     
  • Dow Jones

    39 826,69
    -46,30 (-0,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    -0,0020 (-0,18 %)
     
  • Gold future

    2 393,40
    -32,50 (-1,34 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 685,88
    -319,45 (-0,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 519,23
    -7,19 (-0,47 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,39
    -0,27 (-0,34 %)
     
  • DAX

    18 687,87
    -38,89 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    8 363,25
    -53,20 (-0,63 %)
     
  • Nasdaq

    16 851,05
    +18,43 (+0,11 %)
     
  • S&P 500

    5 320,01
    -1,40 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    38 617,10
    -329,83 (-0,85 %)
     
  • HANG SENG

    19 195,60
    -25,02 (-0,13 %)
     
  • GBP/USD

    1,2724
    +0,0013 (+0,10 %)
     

Semaine de 4 jours : les (nombreux) inconvénients de cette organisation du travail

Blue Planet Studio/Adobe Stock

Plus de flexibilité au travail… mais à quel prix ? Alors que le Premier ministre, Gabriel Attal, veut généraliser la semaine «en» 4 jours (sans réduction du temps de travail, ce qui revient à travailler davantage chaque jour) en France, une enquête réalisée par le Crédoc pour la Fondation the Adecco Group et publiée ce lundi 6 mai alerte sur les nombreuses limites de cette organisation du travail. Certes, de nombreux salariés adhèrent au principe de la semaine en 4 jours (49% d’après l’étude, contre 22% qui ne seraient pas satisfaits avec une telle formule), notamment car elle permet, en théorie, de mieux articuler sa vie personnelle et sa vie professionnelle. Mais «il y a de nombreuses interrogations sur la soutenabilité du rythme de travail» avec une telle organisation, signalent les auteurs de l’étude.

Les Français interrogés dans ce cadre font notamment part de leurs craintes quant à la fatigue liée à l’allongement des journées de travail. C’est le cas de 43% des salariés qui ne seraient pas satisfaits de la semaine en 4 jours et de 32% de ceux qui accueilleraient de manière positive cette formule. Or «la soutenabilité du rythme de travail est un enjeu particulièrement sensible, dans un contexte d’intensification du travail et de vieillissement de la population active», pointent le Crédoc et The Adecco Group.

Une grande partie des actifs redoutent également des contreparties négatives en cas de mise en place de la semaine en 4 jours, telles qu’une réduction du nombre de jours (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ponts de mai 2024 : vous optez pour le télétravail ? Voici les règles à respecter
Un pilote de ligne démissionne pour sauver la planète
Jours fériés : quel impact ont-ils sur vos congés payés en 2024 ?
Télétravail : comment certains managers surveillent les salariés
Management : comment le conflit peut faire avancer les choses