La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 024,61
    +140,82 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    12 388,60
    +39,23 (+0,32 %)
     
  • Nikkei 225

    26 809,37
    +8,39 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,2143
    +0,0028 (+0,23 %)
     
  • HANG SENG

    26 728,50
    +195,92 (+0,74 %)
     
  • BTC-EUR

    15 937,21
    +295,34 (+1,89 %)
     
  • CMC Crypto 200

    380,32
    +5,91 (+1,58 %)
     
  • S&P 500

    3 670,69
    +1,68 (+0,05 %)
     

Selon Véran, un million de Français sont probablement actuellement porteurs du covid-19

·1 min de lecture

Le ministre de la Santé Olivier Véran a déclaré jeudi sur France Info qu'un million de Français sont probablement porteurs du covid-19.

On peut estimer à "un million" le nombre de Français actuellement porteurs du nouveau coronavirus, a déclaré jeudi le ministre de la Santé Olivier Véran sur franceinfo. "Nous avons tenté par tous les moyens d'éviter le confinement" et "le couvre-feu a permis de freiner la diffusion du virus", mais "c'est une vague européenne qui est en train de s'abattre", a-t-il commenté, défendant le reconfinement annoncé mercredi soir par le président Emmanuel Macron.

A lire :Confinement : Le professeur Delfraissy expose le scénario du mois de décembre

"L'Etat est garant de la sécurité sanitaire des Français et prend ses responsabilités", a-t-il insisté, appelant à la solidarité nationale. "Nous avons un seul ennemi, c'est un ennemi commun, c'est le virus et nous devons être solidaires", a-t-il martelé.

A lire :36.437 nouveaux cas positifs, la France se reconfine… le point sur le coronavirus

Il a confirmé, comme l'avait déclaré peu avant le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy, que les hôpitaux allaient faire face à une situation difficile dans les deux à trois semaines qui viennent face à la flambée des cas graves de Covid-19, le temps que le confinement fasse ses effets. Il a aussi appelé les soignants et les citoyens à tenir bon. "Il faut qu'on sorte de cette deuxième vague" mais "nous ne pouvons pas exclure le fait qu'il y ait derrière une troisième vague", a-t-il par ailleurs admis, soulignant que le pays devait faire preuve de "courage" et de "patience".


Lire la suite sur Paris Match