Marchés français ouverture 4 h 48 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 603,85
    +361,64 (+1,28 %)
     
  • EUR/USD

    1,2096
    +0,0013 (+0,11 %)
     
  • HANG SENG

    29 522,85
    +660,08 (+2,29 %)
     
  • BTC-EUR

    30 452,88
    -132,33 (-0,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    723,23
    -11,92 (-1,62 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

Selon CodinGame, 80% des professionnels RH recrutent des développeurs sans formation diplômante

Cécile Chaigneau
·1 min de lecture

Créée en 2014, la start-up montpelliéraine CodinGame est devenue la plate-forme de référence sur le marché du recrutement de développeurs. Elle met en relation des développeurs qualifiés avec des entreprises à la recherche des meilleurs talents.

Fédérant une communauté d'aujourd'hui plus de 2 millions de développeurs répartis sur 175 pays, CodinGame s'est fait connaître par les challenges de programmation en ligne qu'elle organise pour détecter les meilleurs codeurs. Elle annonce plus de 1.000 clients internationaux, dont, parmi les derniers partenariats signés, Facebook, Axa, Sopra Steria, France TV ou Accenture.

Le 14 janvier, la start-up publie son 4e rapport annuel sur le métier de développeur, après avoir interrogé plus de 15.000 développeurs et recruteurs de la tech à travers le monde. Un rapport qui fait le point sur les formations, les profils recherchés et les évolutions du marché avec, en regard, l'avis des professionnels RH reflétant les pratiques de recrutement et les besoins en emploi du secteur.

Recrutements en visioconférence

Le premier enseignement tiré de ce rapport, c'est le basculement très net des entreprises vers le télétravail, opéré suite à la pandémie mondiale de Covid-19 qui s'est révélée un véritable catalyseur de la dématérialisation des organisations.

Alors que l'enquête CodinGame 2020 soulignait que seulement 4% des entreprises interrogées autorisaient le travail à distance à 100% l'année dernière, cette année, « plus de 48% des employeurs (...) Lire la suite sur La Tribune.fr