Marchés français ouverture 2 h 53 min
  • Dow Jones

    34 053,94
    -39,02 (-0,11 %)
     
  • Nasdaq

    12 200,82
    +384,50 (+3,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 503,54
    +101,49 (+0,37 %)
     
  • EUR/USD

    1,0894
    -0,0017 (-0,15 %)
     
  • HANG SENG

    21 558,22
    -400,14 (-1,82 %)
     
  • BTC-EUR

    21 606,93
    -495,47 (-2,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    536,54
    -8,78 (-1,61 %)
     
  • S&P 500

    4 179,76
    +60,55 (+1,47 %)
     

La Seine-Saint-Denis reconnecte RSA et emploi

Alors que le gouvernement lance sa réforme du RSA, le département de la Seine-Saint-Denis a décidé de mettre des moyens pour l'insertion professionnelle et de créer une école de conseillers.

Premier territoire par le nombre de bénéficiaires du RSA, le revenu de solidarité active (90.000 par an), la Seine-Saint-Denis s'est lancée il y a un an dans un vaste chantier de rénovation de sa politique d'insertion.

"Nous devions moderniser notre façon de faire", admettait le 5 janvier Stéphane Troussel, son président, en inaugurant à Pantin une école de formation de conseillers en insertion professionnelle. Créé avec des associations comme Ares, Relais solidaire et Vitamine T, cette structure doit renforcer les équipes des acteurs locaux. Jusqu'ici, l'accompagnement des publics éloignés de l'emploi était réalisé par des assistants sociaux, mal formés au marché du travail. "Ici, nous initions les futurs conseillers à la recherche d'emploi et à la mobilité professionnelle", précise Nawal Makhfi, cheffe du projet.

Le suivi des dossiers renforcé

Un changement de méthode pour un défi immense. Le suivi rapproché des bénéficiaires du RSA est la faiblesse principale de la lutte contre la pauvreté. Dès la création du RMI, prédécesseur du RSA, 20% du budget devait être alloué à cet accompagnement. Aujourd'hui, les départements y consacrent moins de 10%. La Cour des comptes a pointé début 2022 la faillite du dispositif: seuls 4% des allocataires retrouvent un emploi chaque année, contre 8,2% pour les demandeurs d'emploi. En moyenne, un allocataire est contacté trois fois par an, mails compris! Pas de quoi sortir de l'ornière. Il était temps de secouer le cocotier.

Le RSA peine à passer sous 1,9 million de bénéficiaires, faute de suivi efficace: selon la Cour des comptes, seuls 4% des allocataires retrouvent un emploi chaque année.
Le RSA peine à passer sous 1,9 million de bénéficiaires, faute de suivi efficace: selon la Cour des comptes, seuls 4% des allocataires retrouvent un emploi chaque année.

Le RSA peine à passer sous la barre des 1,9 million de bénéficiaires, faute de suivi efficace: selon la Cour des comptes, seuls 4% des allocataires retrouvent un emploi chaque année.

"Encore fallait-il nous en laisser les moyens", se défend Stéphane Troussel. Dans le "93", c'est le contrat de recentralisation du RSA qui a changé la donne. Signé fin 2021 pour cinq ans avec le gouvernement, il plafonne la dépense du département à 520 millions d'euros, tout supplément étant pris en charge par l'Etat. "Cela dégage [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi