Marchés français ouverture 4 h 36 min
  • Dow Jones

    34 006,88
    +43,04 (+0,13 %)
     
  • Nasdaq

    13 271,32
    +59,51 (+0,45 %)
     
  • Nikkei 225

    32 437,18
    -241,44 (-0,74 %)
     
  • EUR/USD

    1,0589
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    17 635,77
    -93,52 (-0,53 %)
     
  • Bitcoin EUR

    24 826,07
    +44,55 (+0,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    562,35
    +2,84 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 337,44
    +17,38 (+0,40 %)
     

Les Secrets du paquebot (France 3) - Léonie Simaga : "Ma famille a connu le prix du sacrifice et du sang"

Aurélien Faidy - FTV - Authentic Prod

Qui est Léa Tounkara, le personnage que vous interprétez ?

Léonie Simaga : Une jeune femme assez solitaire. Elle a grandi avec sa mère (Daisy Miotello) et entretient une relation tourmentée avec son père (Jean-Louis Coulloc’h), qui les aurait abandonnées.

Cet abandon paternel n’est pas sans répercussion sur sa vie…

Léa a du mal à faire confiance aux hommes. Elle vient d’ailleurs de rompre brutalement avec son collègue, Grégory Descamps (Arthur Dupont), son coéquipier dans l’enquête sur l’homicide d’un journaliste local. La victime enquêtait sur un fait authentique : le naufrage de L’Afrique, ramenant chez eux des tirailleurs sénégalais, survenu un siècle plus tôt, au large des Sables-d’Olonne (Vendée).

Vous connaissiez cette histoire ?

Pas du tout ! C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai accepté de faire ce téléfilm. Le désir de porter à la connaissance d’un large public l’histoire de ces hommes venus combattre pour la France et dont la mort tragique a été occultée (on a dénombré 568 victimes, parmi lesquelles près de 200 tirailleurs africains, ndlr). Ce téléfilm, qui mêle images d’archives et fiction, est un heureux compromis entre le documentaire et le polar à la française. C’est tout à l’honneur du service public de rendre hommage à ces oubliés de l’Histoire.

À lire également

Léonie Simaga, Je te promets : "Narcisse Mame (Mathis) a une place à part dans ma vie"

Métisse, d’une mère bretonne et d’un père malien, vous êtes sensible à ces sujets, d’autant que votre grand-père maternel, Jean-Baptiste Le Gall, est mort en libérant Brest…

Ma famille a connu le prix du sacrifice et du sang. Ma mère n’a pas connu son père, qui a reçu la Légion d’honneur à titre posthume. Elle était pupille de la Nation et, c’est à ce titre que j’ai pu intégrer la maison d’éducation de la Légion d’honneur, où j’ai suivi mes études jusqu’au bac.

Vous étiez sociétaire de la Comédie-Française, que vous avez quittée en 2015. Le grand public vous a découverte il y a deux ans dans Je te promets (TF1). Quel souvenir gardez-vous de cette expérience ?

Excellent ! J’ai adoré Agnès Gallo, mon personnage. ...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi