Publicité
Marchés français ouverture 1 h 4 min
  • Dow Jones

    38 778,10
    +188,94 (+0,49 %)
     
  • Nasdaq

    17 857,02
    +168,14 (+0,95 %)
     
  • Nikkei 225

    38 403,91
    +301,47 (+0,79 %)
     
  • EUR/USD

    1,0725
    -0,0010 (-0,10 %)
     
  • HANG SENG

    17 912,11
    -24,01 (-0,13 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 206,20
    -649,93 (-1,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,83
    -20,33 (-1,46 %)
     
  • S&P 500

    5 473,23
    +41,63 (+0,77 %)
     

Scruter l'œil pour prédire le risque de développer Alzheimer

OPTINA

L'objectif est de parvenir, avec un algorithme d'intelligence artificielle (IA) associé à l'optique, à déterminer la probabilité d'une démence débutante.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°915, daté mai 2023.

Voir plus loin que l'œil humain pour prédire le risque de développer une maladie d'Alzheimer. Tel est le credo de chercheurs québécois de la start-up Optina à Montréal (Canada). "Fixez bien le point lumineux, ne bougez plus, ne clignez pas, c'est fini. " Simple, efficace, rapide, la procédure se déroule en quelques secondes devant un dispositif semblable à ceux que l'on trouve chez les ophtalmologistes.

En pratique, un bref flash lumineux de quelques secondes pour explorer l'ensemble de la rétine et obtenir des millions de pixels grâce à une caméra très spéciale (lire l'encadré ci-dessous) tout spécialement créée au Québec. Objectif : parvenir, avec un algorithme d'intelligence artificielle (IA) associé à l'optique, à déterminer la probabilité d'une démence débutante et ensuite permettre à ceux qui le souhaitent de participer à des essais cliniques évaluant des molécules en cours de test afin d'agir au stade précoce de la maladie.

PUBLICITÉ

Pour rappel, la maladie d'Alzheimer concerne 55 millions de personnes dans le monde, selon l'Organisation mondiale de la santé. Elles seront 139 millions en 2050. "En 2023, la maladie reste incurable mais les molécules les plus récentes laissent entrevoir la possibilité de la ralentir. Or, l'admissibilité des patients aux nouveaux traitements nécessite la détection des plaques amyloïdes par tomographie par émission de positons (TEP) ", rappelle David Lapointe, directeur d'Optina. Il poursuit : "Il s'agit d'un examen coûteux qui ne peut être proposé à grande échelle. Notre dispositif, combinant optique et IA, pourrait permettre d'éviter la TEP à une grande partie de la population à risque et rendre accessible le dépistage précoce. " Retour en arrière.

Tout a commencé en 2008 avec la rencontre à Montréal entre un astrophysicien, Sébastien Blais-Ouellette, et un ophtalmologiste, le Dr Jean Daniel Arbour. Ces deux mordus d'optique se mettent à échanger s[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi