La bourse est fermée

SCPI : quel va être l’impact de la crise sur vos rendements ?

“Pour la première fois depuis 9 ans, nous aurons des difficultés cette année à tenir tous nos objectifs.” Ce constat, signé du président de Corum L’Epargne Frédéric Puzin dans une lettre adressée aux associés de ses sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) le 19 mars 2020, a pu faire passer des frissons dans le dos de certains épargnants. Rien d’étonnant pourtant à ce que les rendements des SCPI soient touchés par la crise économique découlant de l’épidémie de coronavirus. Car, il faut le rappeler, le modèle de la SCPI consiste à investir dans un parc immobilier loué par la suite à des clients, qu’il s’agisse de commerces, de bureaux, d’hôtels, d’Ehpad (Etablissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes)... Les loyers perçus sont ensuite reversés aux associés qui ont investi dans la SCPI sous la forme de dividendes trimestriels ou mensuels. “La raison économique des SPCI est de loger des entreprises”, confirme Eric Cosserat, président de Perial Asset Management, acteur du marché de la pierre papier depuis plus de 50 ans. Or, avec la crise et le blocage de certaines activités, de nombreuses entreprises se trouvent en difficulté pour payer les loyers à venir. La loi d’urgence du 23 mars 2020 permet d’ailleurs aux très petites entreprises (TPE) de “reporter intégralement ou d'étaler le paiement des loyers”.

>> A lire - SCPI : pourquoi les Français n’ont jamais autant investi dans la pierre papier

Les SCPI solidaires des TPE...

Face à l’ampleur de la crise économique, la réaction des professionnels de la pierre papier ne s’est pas faite attendre. Dans un communiqué daté du 19 mars, l’Aspim, l’Association française des sociétés de placement immobilier, “recommande à ses adhérents d'aménager des reports et étalements de loyer, en cohérence avec les mesures du soutien mises en place par le gouvernement”. Une solidarité que comptent mettre en oeuvre la plupart des SCPI. “Le cas échéant, nous mettrons en place l’étalement des loyers”, promet Cyril de Francqueville,

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Vous êtes en chômage partiel mais votre employeur vous demande quand même de travailler ? Racontez-nous
PSA Peugeot Citroën envisage de faire repartir ses usines
Les 5 motos électriques les plus vendues en France
Une initiative originale pour soutenir les commerçants de son quartier
Crédit Agricole plus solide que Société Générale ou BNP Paribas face à la crise ? : le conseil Bourse du jour