Publicité
Marchés français ouverture 2 h 46 min
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,47 (-0,93 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,26 (-0,81 %)
     
  • Nikkei 225

    39 584,72
    -479,07 (-1,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,0893
    +0,0007 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    17 561,43
    +143,75 (+0,83 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 373,31
    +671,89 (+1,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,44
    +67,54 (+5,07 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     

Des scientifiques ont créé un embryon humain sans ovule ni sperme

©angelp/iStock

Ce mercredi 6 septembre, des scientifiques israéliens ont annoncé avoir réussi à créer le premier modèle d’embryon humain à partir de quelques cellules souches. Sans avoir recours à un utérus, du sperme ou un ovule.

Une première dans l’histoire de la médecine. Des scientifiques israéliens de l’Institut Weizmann, sont parvenus, pour la première fois, à créer un modèle d’ embryon humain, sans avoir recours à des spermatozoïdes, ni même d’ovules ou d’utérus. Ces chercheurs ont seulement utilisé quelques cellules souches capables de se transformer en différents types de cellules, comme le rapporte une étude publiée dans la revue scientifique Nature ce mercredi 6 septembre. Un procédé permettant de recréer les quatre types de cellules présentes aux premiers stades de l’embryon humain.

Un espoir pour l’infertilité ?

« Il s’agit du premier modèle d’embryon qui a une organisation structurelle (…) et une similitude morphologique avec un embryon humain au jour 14 », a expliqué Jacob Hanna, chef de l’équipe de scientifiques en charge du projet à la BBC. Si le développement de cet embryon modèle a été limité à 14 jours, c’est parce qu’il s’agit de la limite légale pour travailler sur des embryons humains en France. Un délai qui avait été établi par la loi bioéthique de 2021. « C’est une boîte noire, et ce n’est pas un cliqué : nos connaissances sont très limitées », a ajouté Jacob Hanna concernant les embryons.

PUBLICITÉ

Cette première mondiale pourrait donc aider à en savoir davantage. Elle pourrait permettre de prévenir les maladies, de se pencher sur les pathologies héréditaires et génétiques, de lutter contre les

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi