La bourse ferme dans 5 h
  • CAC 40

    5 982,01
    +187,86 (+3,24 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 451,86
    +109,69 (+3,28 %)
     
  • Dow Jones

    29 490,89
    +765,38 (+2,66 %)
     
  • EUR/USD

    0,9902
    +0,0075 (+0,76 %)
     
  • Gold future

    1 718,40
    +16,40 (+0,96 %)
     
  • BTC-EUR

    20 160,67
    +658,12 (+3,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    453,56
    +18,21 (+4,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,39
    +0,76 (+0,91 %)
     
  • DAX

    12 583,95
    +374,47 (+3,07 %)
     
  • FTSE 100

    7 031,72
    +122,96 (+1,78 %)
     
  • Nasdaq

    10 815,43
    +239,82 (+2,27 %)
     
  • S&P 500

    3 678,43
    +92,81 (+2,59 %)
     
  • Nikkei 225

    26 992,21
    +776,42 (+2,96 %)
     
  • HANG SENG

    17 079,51
    -143,32 (-0,83 %)
     
  • GBP/USD

    1,1365
    +0,0046 (+0,40 %)
     

Schröder porte plainte contre les dirigeants allemands qui l'accusent de connivence avec la Russie

MAXIM SHEMETOV

L'ex-chancelier allemand Gerhard Schröder porte plainte contre les dirigeants allemands qui l'accusent de connivence avec la Russie et l'ont privé de certains de ses avantages d'ex-chancelier.

L'ex-chancelier allemand Gerhard Schröder, devenu figure encombrante en raison de ses liens avec , a lancé des poursuites judiciaires contre la chambre des députés de son pays qui l'a privé d'une partie de ses avantages, a annoncé vendredi son avocat à l'AFP. Les informations concernant un recours en justice sont "correctes", a indiqué l'avocat Michael Nagel. Par ailleurs, un porte-parole du tribunal administratif de Berlin a confirmé qu'une plainte avait bien été déposée.

En mai, le Bundestag, la chambre basse du Parlement, avait décidé de priver l'ancien chef de gouvernement social-démocrate (1999-2005) de certains de ses avantages d'ex-chancelier, dont des bureaux alloués par l'Etat fédéral. Les députés assuraient alors "tirer les conséquences de son comportement (...) face à l'invasion russe en Ukraine", selon la commission budgétaire du Bundestag.

Lire aussi

Mais son avocat, intervenant vendredi matin sur la radio publique régionale NDR, a jugé que cette décision était "illégale", Gerhard Schröder n'ayant "appris tout ça que par les médias". Il n'a pas non plus eu l'occasion de s'exprimer devant la commission parlementaire chargée de statuer sur ces avantages, selon Michael Nagel. Le Bundestag n'a pas souhaité s'exprimer à ce stade sur cette plainte.

L'ex-chancelier trop proche de Vladimir Poutine

Gerhard Schröder, 78 ans, avait noué au début des années 2000 une amitié avec le président russe, qu'il a qualifié en 2004 de "parfait démocrate". L'ex-dirigeant, mentor de l'actuel chancelier Olaf Scholz, s'est résolu en mai à quitter le conseil d'administration de la compagnie pétrolière Rosneft et a dit avoir renoncé à entrer à celui du géant gazier Gazprom. Mais contrairement à la plupart des anciens dirigeants européens présents avant la guerre dans les instances dirigeantes des entreprises russes, M. Schröder, également très impliqué au sein de Nord Stream AG, les gazoducs controversés entre la Russie et l'Allemagne, a tardé à démissionner de ses différentes fon[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi