La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    43 606,85
    -4 746,18 (-9,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Schiappa "horrifiée" par l'image de Zemmour dirigeant une arme vers des journalistes

·3 min de lecture
Eric Zemmour et Marlène Schiappa.  - AFP
Eric Zemmour et Marlène Schiappa. - AFP

Marlène Schiappa a vertement condamné sur Twitter le geste d'Éric Zemmour ce mercredi matin, en visite au salon Milipol qui se tient actuellement à Villepinte (Seine-Saint-Denis). Le candidat putatif à la présidentielle, qui n'en finit plus de laisser planer le doute malgré des velléités de plus en plus manifestes, s'est saisi d'un fusil de précision utilisé par le Raid, en marge de ce salon sur la sécurité intérieure, et l'a dirigé vers des journalistes présents face à lui.

"Ça rigole plus hein, poussez-vous, reculez", a-t-il déclaré, hilare. Une scène, dont des extraits ont circulé sur les réseaux sociaux, fermement réprouvée par la ministre chargée de la Citoyenneté:

"Viser des journalistes avec une arme en leur disant 'reculez!' n'est pas drôle. C'est horrifiant. Surtout après avoir dit sérieusement vouloir 'réduire le pouvoir des médias'", a réagi la ministre sur Twitter. "Dans une démocratie, la liberté de la presse n'est pas une blague et ne doit jamais être menacée."

Zemmour persiste et signe

Interrogé dans la foulée sur la réaction de Marlène Schiappa à son attitude, Éric Zemmour persiste et signe. Depuis ce même salon, le polémiste a fustigé la ministre, s'en prenant nommément à elle:

"Marlène Schiappa est une imbécile. Grotesque. Ridicule. Les Français se moquent d'elle, ce n'est pas la première fois. C'est elle qui m'insulte. Quand on m'attaque, je cogne trois fois plus fort. Qu'ils en soient tous avertis", a-t-il répliqué.

"Il n'y avait pas de message politique, pas de menace", a également déclaré à la presse Éric Zemmour, selon des propos rapportés par l'Agence France-Presse (AFP).

"A quel moment on s'inquiète?"

Comme le rappellent nos confrères du HuffPost, la mise en joue opérée par Éric Zemmour s'inscrit par ailleurs en contravention aux "règles élémentaires" de sécurité édictées en matière de manipulation d'une arme, qui préconisent qu'"une arme doit toujours être considérée comme chargée" et que par conséquent il ne faut "jamais pointer ou laisser pointer le canon d'une arme sur quelque chose que l'on ne veut pas détruire", selon un rapport de 2013 de l'état-major des Armées.

"Braquer un journaliste avec une arme 'pour rire'. Insulter et moquer ceux qui réagissent. À quel moment on s'inquiète?", a à nouveau réagi Marlène Schiappa dans un tweet après que Zemmour l'a qualifiée d'"imbécile".

Sur le même réseau social, Éric Zemmour s'en est à nouveau pris à la ministre: "L'humour est une arme dont Madame (Schiappa) est totalement dépourvue", a-t-il rétorqué.

Le geste d'Éric Zemmour fait suite à une sortie faite samedi à Béziers, au cours de laquelle il a vitupéré les "contre-pouvoirs", dont la presse, plaidant pour les affaiblir: "Nous avons des contre-pouvoirs qui sont devenus le pouvoir, c'est-à-dire la justice, les médias, les minorités. Nous devons enlever le pouvoir à ces contre-pouvoirs", avait déclaré l'ex-journaliste lors d'une conférence aux allures de meeting dans la sous-préfecture héraultaise. Il avait également récemment proposé de "privatiser l'audiovisuel public".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles