La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 161,18
    +573,52 (+1,71 %)
     
  • Nasdaq

    13 177,08
    +145,40 (+1,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 448,01
    -699,50 (-2,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,2090
    +0,0015 (+0,12 %)
     
  • HANG SENG

    27 718,67
    -512,37 (-1,81 %)
     
  • BTC-EUR

    40 597,40
    -4 703,12 (-10,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 321,12
    -66,78 (-4,81 %)
     
  • S&P 500

    4 129,29
    +66,25 (+1,63 %)
     

SCFP: Les libéraux doivent respecter la négociation libre et équitable au Port de Montréal

·2 min de lecture

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), le plus grand syndicat au Canada, condamne la décision du gouvernement fédéral de déposer une loi de retour au travail pour mettre fin à la grève au Port de Montréal.

Les 1100 débardeurs membres de la section locale 375 du SCFP ont voté à 99 pour cent en faveur de la grève il y a deux semaines, après que leur employeur, l’Association des employeurs maritimes (AEM), ait annoncé qu’il ne respecterait plus les dispositions sur la sécurité d’emploi contenues dans la convention collective. Plus récemment, l’AEM a imposé des modifications à l’horaire, notamment une augmentation de 100 minutes de travail par quart. Le syndicat a proposé de retirer son avis de grève si l’employeur mettait fin à ses moyens de pression, mais l’AEM a refusé.

Dimanche soir, avant même que la grève générale ne débute, la ministre fédérale du Travail Filomena Tassi a annoncé que le gouvernement déposerait une loi de retour au travail.

"Les libéraux de Justin Trudeau agissent encore une fois comme les conservateurs. Ils se rangent du côté des patrons au détriment des travailleurs en intervenant dans le processus de négociation. Il ne peut y avoir de négociation libre et équitable au Canada lorsque le gouvernement menace de déposer une loi de retour au travail ’’, a déclaré le président national du SCFP, Mark Hancock.

Le SCFP demande au gouvernement libéral de ne pas présenter sa loi de retour au travail afin de respecter le droit des travailleurs à la négociation libre et équitable. Les lois de retour au travail ont, à plusieurs reprises, été jugées anticonstitutionnelles par les tribunaux.

"Les employeurs n’ont aucun intérêt à négocier de bonne foi lorsqu’ils savent que le gouvernement va venir les appuyer. Il s’agit d’un comportement disgracieux de la part d’un gouvernement qui prétend être l’ami des travailleurs", a affirmé le secrétaire-trésorier national du SCFP, Charles Fleury.

Les membres de la section locale 375 du SCFP sont sans contrat de travail depuis 2018.

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20210426005788/fr/

Contacts

Hugh Pouliot
Relationniste du SCFP
613-818-0067
hpouliot@scfp.ca