Marchés français ouverture 6 h 49 min
  • Dow Jones

    29 872,47
    -173,77 (-0,58 %)
     
  • Nasdaq

    12 094,40
    +57,62 (+0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    26 426,84
    +129,98 (+0,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,1930
    +0,0011 (+0,10 %)
     
  • HANG SENG

    26 669,75
    +81,55 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    15 783,88
    -28,70 (-0,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    370,93
    +0,42 (+0,11 %)
     
  • S&P 500

    3 629,65
    -5,76 (-0,16 %)
     

ScanWatch : notre test de la dernière montre connectée de Withings

Louis Neveu, Journaliste
·2 min de lecture

Futura a testé à de nombreuses reprises les montres connectées proposés par la marque française Withings. Selon les modèles, ces montres hybrides conjuguent un élégant cadrant à aiguille classique, un compteur analogique affichant le pourcentage de pas réalisés dans la journée et, pour les modèles plus évolués, comme la Steel HR et HR Steel Sport, un petit écran Pmoled pouvant afficher quelques informations, dont la fréquence cardiaque et les notifications du mobile.

Dotées d’un accéléromètre, les montres détectent automatiquement, mais avec plus ou moins de fiabilité, le type d’activée physique pratiquée (marche à pieds, course, natation, cyclisme, etc). Il est également possible d'en choisir une manuellement une activité parmi la trentaine d'activités proposées. Il faut savoir que cette marque de montres n’est pas spécialement destinée aux plus sportifs, mais surtout aux personnes soucieuses de surveiller leur santé pour garder la forme.

Un petit labo médical au poignet

Mais, avec sa nouvelle ScanWtach, Withings va encore plus loin. Plus qu’un traqueur d’activités, on porte au poignet un véritable outil de détection de certaines maladies, comme la fibrillation auriculaire, la plus répandue des arythmies cardiaques. La montre sait aussi dépister les perturbations respiratoires du sommeil ou encore vérifier la saturation en oxygène dans le sang. En un sens, la ScanWatch est une montre unique en son genre.

Pour détecter l’éventuelle présence de fibrillation auriculaire, la montre ajoute à ses capteurs un électrocardiogramme (ECG). Pour cela, elle dispose de deux électrodes sur le dessous de la montre. Une troisième électrode est constituée par le cadran. Pour relever l’ECG, montre au poignet, il faut déclencher l’option avec la molette et poser sans bouger durant 30 secondes les doigts de l’autre main sur le boîtier métallique. Cette méthode permet alors de mesurer l’activité électrique du cœur.

Les mesures de ce système ont été validées médicalement par deux études...

> Lire la suite sur Futura