La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 143,00
    -58,14 (-0,81 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 272,19
    -43,71 (-1,01 %)
     
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,81 (-0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,1416
    -0,0044 (-0,39 %)
     
  • Gold future

    1 817,30
    -4,10 (-0,23 %)
     
  • BTC-EUR

    37 786,26
    -122,33 (-0,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 037,76
    +12,02 (+1,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,27
    +2,15 (+2,62 %)
     
  • DAX

    15 883,24
    -148,35 (-0,93 %)
     
  • FTSE 100

    7 542,95
    -20,90 (-0,28 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,94 (+0,59 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     
  • Nikkei 225

    28 124,28
    -364,85 (-1,28 %)
     
  • HANG SENG

    24 383,32
    -46,45 (-0,19 %)
     
  • GBP/USD

    1,3680
    -0,0030 (-0,22 %)
     

Scandale du chlordécone aux Antilles : l'Etat sera jugé à l'été 2022

·1 min de lecture

C'est un scandale sanitaire, que le mouvement de contestation actuel aux Antilles françaises, provoqué par l'obligation vaccinale, a permis de remettre sur la table. De 1972 à 1993, un pesticide, connu sous le nom de chlordécone, a été utilisé dans les bananeraies en Guadeloupe et en Martinique afin de lutter contre le charançon, un insecte ravageur qui détruisait les cultures. Les planteurs de bananes réclament aujourd'hui réparation.

Une pollution pendant 700 ans 

 

C'est le cas également des habitants, trois associations et plus de 1.200 personnes mobilisées pour une action devant le tribunal administratif de Paris afin de condamner l'Etat. Un an et demi après cette action collective, une date d'audience a été fixée à l'été prochain.

>> LIRE AUSSIGuadeloupe : les habitants attendent beaucoup de la venue de Sébastien Lecornu

"Lorsque le danger s'est révélé au monde entier à partir de 1975, l'Etat français n'a pris aucune disposition. Il a fallu que l'Europe se fâche dans les années 80 pour qu'en 1990, les produits soient interdits", rappelle Me Christophe Lèguevaques, l'un des avocats saisis du dossier. "Nous demandons, nous, l'indemnisation. Ce qu'on appelle le préjudice moral d'anxiété." 

Pour la population, l'Etat n'a pas protégé la population antillaise, contaminée à plus de 90% au chlordécone, ce perturbateur endocrinien reconnu comme neurotoxique et classé cancérogène "possible" dès 1979 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). "Ces populations sont expos...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles