La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 568,82
    +87,23 (+1,35 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 109,10
    +50,05 (+1,23 %)
     
  • Dow Jones

    35 061,55
    +238,20 (+0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,1770
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 802,10
    -3,30 (-0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    29 399,34
    +597,31 (+2,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    786,33
    -7,40 (-0,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,17
    +0,26 (+0,36 %)
     
  • DAX

    15 669,29
    +154,75 (+1,00 %)
     
  • FTSE 100

    7 027,58
    +59,28 (+0,85 %)
     
  • Nasdaq

    14 836,99
    +152,39 (+1,04 %)
     
  • S&P 500

    4 411,79
    +44,31 (+1,01 %)
     
  • Nikkei 225

    27 548,00
    +159,80 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    27 321,98
    -401,86 (-1,45 %)
     
  • GBP/USD

    1,3754
    -0,0013 (-0,10 %)
     

Scaf : feu vert pour le financement du futur avion de combat européen

·1 min de lecture

Le projet est majeur pour l’avenir de l’industrie aéronautique européenne : l’Allemagne a donné son feu vert au financement du futur avion de combat européen.

Un feu vert crucial et in extremis. C’était le dernier jour de session du parlement allemand ce mercredi avant la pause estivale. Or ensuite, il y aura des législatives en Allemagne et nul ne peut dire si la future majorité soutiendrait ce vaste projet d’avion de combat porté par trois pays, France, Allemagne et Espagne. Ce vote était donc très important. Il permet d’engager la première phase d’un programme destiné à concevoir et fabriquer le successeur du Rafale et de l’Eurofighter. Un projet de cette envergure, ça se prépare aujourd’hui pour avoir un avion de combat opérationnel en 2040. Et ne pas se retrouver dépendants technologiquement des États-Unis.

L’Europe veut être indépendante stratégiquement, mais en pratique, les États ont du mal à se mettre d’accord.

Ce projet que l’on appelle Scaf, pour Système de combat aérien du futur, a été lancé il y a quatre ans par Angela Merkel et Emmanuel Macron. Les Espagnols nous ont rejoint ensuite. Mais c’est seulement aujourd’hui que les États ont sécurisé les 4,5 milliards d’euros nécessaires à la première phase du projet jusqu’en 2027. Les principaux industriels dont Dassault, le maître d’œuvre, mais aussi Airbus ainsi que des groupes allemands et espagnols ne sont pas encore complètement alignés sur les rôles de chacun ni sur les questions très sensibles de propriété intel...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles