La bourse ferme dans 6 h 29 min

Sauver l'économie, priorité numéro 1 de Trump face au coronavirus

Maxime Bourdeau
Pour certains républicains,

Certains républicains seraient "heureux de mourir” si cela permettait d'en finir avec le confinement qui plombe l'économie américaine et que Trump veut vite lever.

ÉTATS-UNIS - La déclaration a choqué, mais elle n’est pas si surprenante que cela quand on s’attarde sur la façon dont Donald Trump gère l’épidémie liée au coronavirus

Dans la nuit du lundi au mardi 24 mars, le numéro deux du Texas était invité sur la chaîne ultra conservatrice Fox News pour évoquer les mesures prises pour limiter les cas de Covid-19 qui explosent aux États-Unis (vidéo ci-dessous).

Ce républicain n’a pas fait dans la demi-mesure en estimant que les personnes âgées, très vulnérables face à la maladie, devraient se sacrifier pour sauver l’économie. Tout bonnement. “Personne n’est venu me demander si, en tant que personne âgée, j’étais d’accord pour prendre des risques si cela pouvait sauver l’Amérique que toute l’Amérique adore et la transmettre à nos enfants et petits-enfants. Si c’est ce que l’on obtient en échange, je fonce”. 

Ça ne fait pas de moi quelqu’un de courageux ou noble. (...) Je ne veux pas que le pays soit sacrifié”, explique Dan Patrick, vice-gouverneur du Texas âgé de 69 ans en répétant qu’il préfère mourir que de voir l’économie du plonger.  

Une séquence qui a scandalisé, notamment du côté démocrate. Alors qu’il faisait son point quotidien sur la situation qui empire dangereusement dans son État, le gouverneur de New York a été intransigeant: “Ma mère n’est pas sacrifiable”. 

Pas plus que votre mère n’est sacrifiable, que nos frères et sœurs sont sacrifiables. Nous n’allons pas accepter le principe selon lequel la vie est jetable. Nous n’allons pas mettre un prix sur des vies humaines”, a répondu Andrew Cuomo. “S’il faut choisir entre la santé du public et l’économie, le seul choix est la santé du public. La priorité numéro un est de sauver des vies. Point final”. 

Plutôt mourir

Cette peur panique autour de l’économie plus que sur des pertes...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Ce contenu peut également vous intéresser :