La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 739,73
    -336,14 (-4,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,58
    -203,66 (-4,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,04 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1322
    +0,0110 (+0,99 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    47 961,09
    -880,37 (-1,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,82 (-6,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,15
    -10,24 (-13,06 %)
     
  • DAX

    15 257,04
    -660,94 (-4,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,03
    -266,34 (-3,64 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,57 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,66 (-2,53 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,64 (-2,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3342
    +0,0022 (+0,16 %)
     

La sauce au soja, cet indicateur de la santé de l'économie japonaise

·2 min de lecture

Il n'y a pas que la hausse des prix des carburants et les pénuries de matières premières qui pourraient freiner la reprise de l'économie japonaise : le renchérissement du prix de la sauce au soja témoigne d'une inflation généralisée, qui inquiète les consommateurs.

Pour la première fois depuis 2008, la firme Kikkoman Corporation se voit contrainte d'augmenter le prix de ses célèbres sauces au soja, ingrédients indispensables de la cuisine japonaise. Ce vendredi, une hausse de 10 % est annoncée — la première depuis la crise de 2008 et le signe qu'aucun pan de l'économie ne peut échapper à l'inflation des cours des matières premières et des coûts de transport.

Les prix de l'énergie et des denrées alimentaires essentielles pèsent déjà sur les entreprises et le moral des foyers japonais, au point de susciter des inquiétudes quant à la vigueur de la reprise économique orchestrée par le gouvernement du premier ministre Fumio Kishida. Ce dernier réfléchirait à un nouveau paquet de mesures.

Le plan de relance de l'économie japonaise torpillé par l'inflation

La hausse des prix des sauces au soja et des carburants illustres au Japon les sur les biens de consommation courante et le le budget des familles. Le porte-parole du gouvernement Hirokazu Matsuno a déclaré ce vendredi que, parmi les mesures de relance attendues la semaine prochaine, il devrait s'en trouver certaines visant à isoler un tant soit peu les entreprises et les ménages des conséquences de la hausse des coûts de transports, de l'énergie et des matières premières. Une réunion du cabinet se tenait à ce propos, plus tôt dans la journée.

Le cours du pétrole brut et du charbon ont bondi de 44,5 % le mois dernier, au Japon, pour atteindre leur point le plus haut depuis janvier 1981 dans l'Archipel. La compétitivité des entreprises s'en ressent fatalement.

Lire aussi

Cette augmentation des coûts entraîne un mécanisme inflationniste contre lequel le gouvernement souhaite ardemment lutter. La hausse des prix a atteint le taux de 1,4 %, une fois déduit l'effet compensatoire d'un abaissement des frais prélevés par les compagnies de téléphone.

"Si les prix des biens d'importation — y compris le pétrole — se maintiennent à la hausse", a déclaré Takuki Aida, économiste en chef chez Ok[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles