La bourse est fermée

Les satellites espions CERES, nouvelle arme de surveillance spatiale de la France

·2 min de lecture

Un lanceur Vega vient de mettre sur orbite le système CERES, trois satellites d'écoute électromagnétique capables de repérer, identifier et cartographier les radars, défenses aériennes et centres de commandement adverses. Une technologie unique en Europe.

Mission accomplie. Après avoir lancé deux nouveaux et le nouveau satellite de télécoms militaires Syracuse 4, les forces françaises viennent de passer un nouveau cap dans le renouvellement de leurs capacités spatiales. Un lanceur Vega, tiré mardi 16 novembre de Kourou, a placé avec succès trois nouveaux bijoux de technologie made in France: la . Les satellites, développés sous maîtrise d'oeuvre du CNES par Airbus Defence & Space et Thales, mettront plusieurs mois à rejoindre leur orbite définitive, à 700 km de la Terre, avant leur entrée en service officielle prévue début 2022. Ils remplaceront le , une grappe de quatre satellites qui avaient été désorbités l'été dernier après dix ans de bons et loyaux services.

A quoi va servir CERES? Ces trois satellites de 450 kilos, de la taille d'une grosse armoire normande et d'un coût total de 453 millions d'euros, seront spécialisés dans le renseignement électromagnétique, le ROEM, dans le sabir des services. "Le système CERES permet de détecter les signaux électromagnétiques de tout type d’équipement: radars, défense anti-aérienne, centres de commandement..., explique l'ingénieure Laurence [son nom ne doit pas être publié pour raisons de sécurité; ndlr], directrice du programme CERES à la Direction générale de l'armement (DGA). Il est ensuite possible d’avoir sa localisation précise puis d’identifier de quel équipement il s’agit."

"Shazam" des signaux électromagnétiques

Les informations récoltées sont d'abord traitées par l'intelligence embarquée du satellite, qui les trie et les met en forme, puis renvoyées vers les analystes du Centre de formation et d’emploi relatif aux émissions électromagnétiques (CF3E), une structure de la . Les données sont ensuite intégrées dans la plateforme d'exploitation Demeter. Le système fonctionne un peu comme l'application Shazam de reconnaissance automatique de musique. Chaque équipement militaire a une "signature" électromagnétique unique. CERES repère ces signaux, en déduit la nature de[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles