La bourse est fermée

Le satellite tout électrique d'Eutelsat va battre des records de vitesse de mise en service

latribune.fr
 

Airbus Space Systems peut être fier. Quatre mois après son lancement depuis Kourou par Ariane 5, le 1er juin dernier, le satellite Eutelsat 172B conçu par la filiale spatiale d'Airbus pour le compte de l'opérateur Eutelsat a déjà atteint son orbite géostationnaire, battant ainsi le record de vitesse de la mise à poste d'un satellite par propulsion électrique. En général, les satellites tout électrique arrivent à leur destination finale au bout d'un voyage de six à sept mois (environ sept mois pour les satellites Eutelsat 115 West B et ABS-3A lancés en 2015 par SpaceX), contre une semaine avec la propulsion chimique.

Airbus est "la première entreprise à utiliser la propulsion tout-électrique pour des satellites de cette dimension et de cette capacité, ce qui permet de réduire leurs coûts de lancement, a expliqué le directeur de Space Systems au sein d'Airbus, Nicolas Chamussy. Par ailleurs, la conception du système, la stratégie d'exploitation et la technologie plasmique à effet Hall utilisées nous ont permis de réaliser la mise à poste électrique la plus rapide jamais effectuée depuis l'orbite de transfert vers l'orbite géostationnaire. Ceci permettra à Eutelsat de mettre leur satellite électrique en service en un temps record".

La mise en service d'Eutelsat 172B est prévue autour du 20 novembre une fois les essais en orbite de sa charge utile effectués et son transfert vers l'orbite opérationnelle réalisé par les ingénieurs d'Eutelsat. Dès lors, le satellite fournira des services améliorés de télécoms, de connectivité en vol et de télédiffusion dans la région Asie-Pacifique. Sa durée de vie devrait dépasser 15 ans grâce à la propulsion électrique utilisée pour sa mise et son maintien à poste. Ce satellite dispose d'une puissance électrique de 13 kW pour une masse au lancement de seulement 3,55 tonnes, grâce à la plateforme Eurostar E3000 d'Airbus.

Une consommation de carburant six fois moindre

Le centre

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr


Défis et promesses du Wifi dans l'avion
Pourquoi le satellite Eutelsat 172B s'est offert un aller-retour Toulouse-Cayenne à bord d'un Antonov
Satellites : Airbus Space Systems boosté par la propulsion électrique
L'Afrique, le nouvel eldorado d'Eutelsat