La bourse ferme dans 2 h 22 min
  • CAC 40

    5 791,95
    +8,54 (+0,15 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 358,33
    +9,73 (+0,29 %)
     
  • Dow Jones

    29 590,41
    -486,29 (-1,62 %)
     
  • EUR/USD

    0,9676
    -0,0012 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 654,70
    -0,90 (-0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    19 735,57
    -134,56 (-0,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    437,34
    -7,19 (-1,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,03
    +0,29 (+0,37 %)
     
  • DAX

    12 306,80
    +22,61 (+0,18 %)
     
  • FTSE 100

    6 975,32
    -43,28 (-0,62 %)
     
  • Nasdaq

    10 867,93
    -198,87 (-1,80 %)
     
  • S&P 500

    3 693,23
    -64,76 (-1,72 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • GBP/USD

    1,0854
    -0,0003 (-0,03 %)
     

Sartorius Stedim : biotech bien en piste

Bravant le reflux de la pandémie de Covid ainsi qu’une conjoncture mondiale difficile, Sartorius Stedim Biotech a réalisé une croissance de 22,1% au premier semestre 2022 (à taux de change constant). La société basée à Aubagne prévoit une augmentation du chiffre d’affaires de 15 à 19% pour l’année 2022 et confirme son objectif de chiffre d’affaires de 4 milliards d’euro et de marge opérationnelle de 35% en 2025, (à taux de change constant). «Cependant, face aux incertitudes dues au contexte politique et économique mondial actuel et à la situation tendue qui en résulte pour les chaînes d'approvisionnement, nos projections et perspectives sont également incertaines», précise Joachim Kreuzburg, le PDG. Une prudence que relativise Olivier Ken, gérant de fonds chez Quaero Capital : «Le groupe en croissance déjà forte avant le Covid, de l’ordre de 20 à 25% par an peut tenir encore ce rythme durant les dix prochaines années, voire même le dépasser» estime-t-il. Sa stratégie Depuis son rachat en 2007 par la société biopharmaceutique allemande Sartorius AG, l’ex-Stedim s’est recentrée sur la biopharmacie avec ses poches plastiques utilisées pour les thérapies géniques et cellulaires. Ces poches à usage unique se sont substituées aux cuves en acier dans le processus de bio-production (fermentation, purification, séparation des cellules cultivées…) grâce à un coût moindre et la possibilité de démultiplier les études sur de petites quantités. À présent la société fournit les grands laboratoires et leurs sous-traitants comme les centres de recherche. «Les bio-poches de Sartorius Stedim bénéficient de trois éléments : l’essor des traitements biotechnologiques, le développement des biosimilaires -les génériques des produits biologiques qui doivent respecter les processus de fabrication originaux- et le développement des technologies à ARN messager» affirme Olivier Cliquez ici pour lire la suite