La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 591,27
    +327,79 (+1,12 %)
     
  • Nasdaq

    11 880,63
    +25,66 (+0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    25 527,37
    -106,93 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1841
    -0,0021 (-0,18 %)
     
  • HANG SENG

    26 486,20
    +34,66 (+0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    15 544,47
    -8,60 (-0,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    365,54
    +4,11 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    3 577,59
    +20,05 (+0,56 %)
     

Sarkozy, Poutine, Merkel: les dirigeants vus par Obama

·2 min de lecture

L'ex-président américain Barack Obama dresse, dans ses mémoires publiés mardi, des portraits amusés, parfois cinglants, de ses anciens homologues.

Voici les descriptions de certains d'entre eux, au fil des pages de "Une terre promise" (Editions Fayard), premier tome publié simultanément en 25 langues à travers le monde.

Nicolas Sarkozy

"Sarkozy, en revanche, était tout en emportements émotifs et en propos hyperboliques. Avec sa peau mate, ses traits expressifs, vaguement méditerranéens (son père était hongrois, son grand-père maternel juif grec), et de petite taille (il mesurait à peu près 1,66 mètre, mais portait des talonnettes pour se grandir), on aurait dit un personnage sorti d'un tableau de Toulouse-Lautrec. Bien qu'issu d'une famille aisée, il reconnaissait volontiers que ses ambitions étaient en partie alimentées par le sentiment d'avoir été toute sa vie un étranger".

"Les discussions avec Sarkozy étaient ainsi tour à tour amusantes et exaspérantes, ses mains en mouvement perpétuel, sa poitrine bombée comme celle d'un coq nain, son interprète personnel (contrairement à Merkel, il parlait un anglais limité) toujours à ses côtés, reflet exalté de chacun de ses gestes, de chacune de ses intonations, tandis que la conversation passait de la flatterie à la fanfaronnade, sans manquer d'une authentique perspicacité ni jamais s'éloigner de son intérêt premier, à peine déguisé, qui était de se trouver au coeur de l'action et de s'attribuer le mérite de tout ce qui valait qu'on s'en attribue le mérite".

Vladimir Poutine

"Physiquement, il n'avait rien de remarquable: petit et trapu – une carrure de lutteur –, une fine chevelure blond-roux, un nez saillant, des yeux clairs et vigilants. Tandis que nous échangions quelques civilités, j'ai remarqué chez lui une certaine désinvolture, une indifférence exercée dans la voix, indiquant qu'il avait l'habitude d'être entouré de subordonnés et de solliciteurs. C'était un homme accoutumé au pouvoir".

Benjamin Netanyahu

"Bâti comm[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi