Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    40 165,60
    +311,73 (+0,78 %)
     
  • Nasdaq

    17 373,78
    +31,36 (+0,18 %)
     
  • Nikkei 225

    37 869,51
    -1 285,34 (-3,28 %)
     
  • EUR/USD

    1,0854
    +0,0011 (+0,10 %)
     
  • HANG SENG

    17 004,97
    -306,08 (-1,77 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 768,36
    -928,12 (-1,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 308,42
    -29,76 (-2,22 %)
     
  • S&P 500

    5 444,37
    +17,24 (+0,32 %)
     

Santé : qui va profiter de la «mutuelle à 1 euro» promise par Gabriel Attal ?

Marc Piasecki/ Contributeur/Getty Images

«Nous allons mettre fin à cette situation inacceptable où la santé est malheureusement parfois un luxe pour un certain nombre de retraités, de jeunes, de travailleurs indépendants à cause du prix des mutuelles.» Lors de la présentation de son programme législatif le 20 juin, le Premier ministre Gabriel Attal a réaffirmé son ambition de mettre en place une «mutuelle publique à 1 euro par jour». L’annonce, déjà formulée quelques jours plus tôt, avait semé la confusion car elle ressemblait à s’y méprendre à un dispositif existant : la complémentaire santé solidaire (CSS). «Ensemble pour la République» a confirmé ce soupçon. Dans ses propositions dédiées à la santé, la coalition macroniste précise que la mise en place de cette mesure prendra la forme d’un «élargissement» de la CSS aux trois millions de Français qui ne disposent pas aujourd’hui d’une complémentaire santé. «Ce sera un droit nouveau», précise le projet de campagne.

Le premier levier pour amplifier le nombre de bénéficiaires consiste à réhausser les plafonds de revenus en vigueur. Car si les ménages peuvent bénéficier gratuitement des avantages de la CSS - c’est le cas d’une personne seule affichant un revenu fiscal de référence (RFR) inférieur de 10 166 euros par mois -, certains autres doivent cependant passer à la caisse. Un célibataire affichant un RFR compris entre 10 166 et 13 274 euros doit ainsi payer entre 8 et 30 euros par mois selon son âge. Au-delà de ce plafond de revenus, il n’est plus éligible à la complémentaire (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

«Pas de hausse d’impôts quoi qu’il arrive» : que vaut la promesse de Gabriel Attal ?
Succession : le Nouveau Front populaire va-t-il vous taxer dès le 1er euro comme le dit Attal ?
Législatives 2024 : les promesses coûteuses pour le pouvoir d'achat mises à nu
Banque : comment bien choisir l’établissement pour ouvrir un compte à son enfant ?
Compte à terme : profitez des meilleurs rendements du moment après la baisse des taux