La bourse est fermée

Santé : ce que la nouvelle ordonnance électronique va changer pour vous

Expérimentée depuis le mois de juillet par quelques pharmaciens et médecins volontaires dans le Maine-et-Loire, la Saône-et-Loire et le Val-de-Marne, l’ordonnance électronique devrait être généralisée par l’Assurance maladie sur l’ensemble du territoire en 2020.

La dématérialisation des données personnelles de santé se poursuit ! Dans le prolongement du dossier médical partagé (DMP), l’Assurance Maladie devrait déployer l’année prochaine, partout en France, l’ordonnance électronique. Objectif : améliorer le parcours de soins du patient, de la consultation chez son médecin généraliste, jusqu’à la délivrance à la pharmacie des médicaments prescrits. L’ordonnance électronique permettra notamment au médecin de savoir si le patient a bien récupéré ses médicaments. Ce nouveau dispositif est d’ores et déjà expérimenté par quelques pharmaciens et médecins volontaires - équipés des logiciels nécessaires par l’Assurance maladie - depuis juillet 2019, dans trois départements : le Maine-et-Loire, la Saône-et-Loire et le Val-de-Marne.

Cette nouveauté ne devrait pas perturber les pratiques habituelles des professionnels de santé. “Le médecin prescrit les médicaments pour son patient, depuis son logiciel de gestion de cabinet, comme il le fait aujourd’hui, en s’appuyant sur le module d’aide à la prescription. Cette prescription est déposée dans une base de données sécurisée”, explique l’Assurance maladie, contactée par Capital. L’organisme ajoute que “le pharmacien, librement choisi par le patient, récupère la prescription dématérialisée. Il peut y accéder grâce à un numéro unique de prescription apposé sur l’ordonnance du patient sous forme d’un QR Code. Le professionnel réalise ensuite sa délivrance comme aujourd’hui.” La prescription numérisée sera également consultable par le patient via son dossier médical partagé, même si l’Assurance Maladie n’a recensé que 8 millions de DMP ouverts début novembre.

Ce dispositif devrait aussi faciliter l’échange entre les différents professionnels de santé consultés par le patient. Ainsi, si le pharmacien remplace un médicament prescrit par un générique, il pourra directement en informer

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :