Marchés français ouverture 7 h 59 min
  • Dow Jones

    34 021,45
    +433,79 (+1,29 %)
     
  • Nasdaq

    13 124,99
    +93,31 (+0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    27 448,01
    -699,50 (-2,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,2082
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    27 718,67
    -512,37 (-1,81 %)
     
  • BTC-EUR

    40 508,88
    -3 612,01 (-8,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 340,15
    -47,76 (-3,44 %)
     
  • S&P 500

    4 112,50
    +49,46 (+1,22 %)
     

Santé: qui sont les nouveaux accros à la téléconsultation?

·2 min de lecture

Facilité par le gouvernement depuis le premier confinement au printemps dernier, le recours aux consultations médicales à distance a explosé l’an dernier. Une pratique qui séduit davantage les femmes, mais qui s’étend aussi à une patientèle plus âgée et en dehors des villes, selon une étude réalisée par l’entreprise Medadom.

Une femme de 37 ans. Voici le profil type de l’adepte de la téléconsultation, dont l’usage a explosé en France à la faveur de la crise du . Selon une étude réalisée par l’entreprise de télémédecine Medadom, dont les résultats sont dévoilés à Challenges en avant-première, les femmes ont davantage recours à ces consultations médicales à distance que les hommes, notamment parce qu’elles accompagnent le plus souvent les enfants chez le médecin. Ainsi, elles représentent 76% des accompagnateurs des jeunes patients de moins de 17 ans. “Beaucoup d’infections bénignes comme les cystites, pour lesquelles la téléconsultation est très utilisée, touchent particulièrement les femmes. Le renouvellement de la pilule ou encore les maux liés aux règles douloureuses sont des motifs très courants de ces rendez-vous à distance”, relève Nathaniel Bern, cofondateur de Medadom.

Globalement, au niveau national, les femmes représentent 63% des téléconsultations, contre 37% pour les hommes. Et si c’est logiquement en Île-de-France que le volume de ces actes médicaux est le plus important, la Normandie est le territoire où la proportion de femmes utilisant la téléconsultation est la plus grande (65% contre 35% pour les hommes). “Cela confirme que les usages ont été totalement transformés par la crise sanitaire”, explique le directeur des nouvelles technologies (CTO) de la jeune start-up qu’il a créée en 2017 avec deux médecins, Charles et Elie-Dan Mimouni. “La patientèle qui utilisait ces services, au départ plutôt jeune et urbaine, a évolué pendant le premier confinement. Les seniors se sont progressivement familiarisés avec la pratique, qui s’est parallèlement étendue aux zones rurales.” A tel point que la patiente la plus âgée de Medadom est une centenaire résidant en Île-de-France!

Nathaniel Bern (à gauche) a cofondé Medadom en 2017 avec Charles et Elie-Dan Mimouni

Explosion des téléconsultations

Plus de deux ans et demi , en septembre 2018, les débuts souffreteux de cette pratique son[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi