Marchés français ouverture 35 min
  • Dow Jones

    26 659,11
    +139,16 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    11 185,59
    +180,72 (+1,64 %)
     
  • Nikkei 225

    22 977,13
    -354,81 (-1,52 %)
     
  • EUR/USD

    1,1678
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    24 115,28
    -471,32 (-1,92 %)
     
  • BTC-EUR

    11 276,16
    -273,03 (-2,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    257,93
    +15,26 (+6,29 %)
     
  • S&P 500

    3 310,11
    +39,08 (+1,19 %)
     

Santé, environnement, sécurité des données... : faut-il avoir peur de la 5G ?

Céline Deluzarche, Journaliste
·2 min de lecture

La cinquième génération de communication mobile (5G) doit permettre un saut de performance en matière de débit (multiplié par 10), de délai de transmission (divisé par 10) et de fiabilité de la communication. Elle promet un vaste champ d’applications et doit permettre de développer la numérisation de la société (voitures autonomes, télémédecine, réseaux intelligents…).

Mais cette technologie suscite aussi des craintes pour la santé et l’environnement. La Convention citoyenne pour le climat a ainsi demandé un moratoire sur le déploiement de la 5G et le 13 septembre dernier, 68 élus ont signé une tribune dans le JDD pour relancer ce moratoire jusqu’à l’été 2021. Mais quelles sont ces fameuses craintes et sont-elles justifiées ?

La 5G est-elle dangereuse pour la santé ?

Comme la 4G, la 5G émet des ondes électromagnétiques dans les fréquences radio. Or, selon Sophie Pelletier, présidente de PRIARTEM-Electro-sensible de France, « on sait que ces ondes ont un impact sur notre cerveau et que des personnes manifestent des troubles d'électrosensibilité ». Stephen Kerckhove, délégué général d'Agir pour l'environnement, estime pour sa part que la 5G « va entraîner une explosion de l'exposition des riverains ».

Des allégations souvent relayées mais non avérées pour le moment. Selon un rapport publié le 1er septembre 2020 par le Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD), le Conseil général de l'économie (CGE), l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et l'Inspection générale des finances (IGF), « il n’existe pas, selon le consensus des agences sanitaires nationales et internationales, d’effets néfastes avérés à court terme » concernant ces ondes électromagnétiques. Aucun effet à long terme n’a non plus été constaté.

Le risque est-il plus grand qu’avec la 4G ? Pas vraiment, dans la mesure où le déploiement de la 5G en bande 3,5 GHz se fera majoritairement en zone urbaine, où elle se rajoutera aux antennes 4G existantes....

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura