Sanofi: Bryan Garnier vise toujours 80 euros.

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
SAN.PA74,950,93
GCVRZ0,5170,003
^FCHI4 394,48+49,13

(CercleFinance.com) - Bryan, Garnier & Co. est revenu ce matin sur le dossier du groupe pharmaceutique français Sanofi (NasdaqGM: GCVRZ - actualité) , qui a fait le point sur sa recherche & développement ce matin. Sans le modifier, les analystes maintiennent leur conseil d'achat ainsi sur leur valeur d'équilibre de 80 euros. En Bourse de Paris, Sanofi gagne 0,5% à 73,8 euros quand le CAC 40 (Paris: ^FCHI - actualité) prend 0,4%.

Ce matin, Sanofi a fait le point sur son portefeuille de R&D avec la présentation aujourd'hui du Dr Elias Zerhouni, Président, Global Research and Development, à la Conférence Santé de JP Morgan à San Francisco.

'Sanofi a réalisé des avancées significatives dans la transformation de sa R&D depuis ces dernières années, avec des progrès dans le portefeuille en phase avancée et aussi plus précoce, mais aussi au niveau du recrutement de talents. Nous considérons que nous avons les ingrédients permettant à la R&D de contribuer à l'objectif de Sanofi d'assurer une croissance durable dans les années à venir tout en contrôlant rigoureusement les coûts de R&D', a indiqué le Dr Elias Zerhouni.

Pour Bryan Garnier, c'est là l'occasion de faire le point sur les développements en cours, les prochaines études cliniques et les dossiers en cours devant les autorités réglementaires. Mais selon les analystes, pas grand' chose de neuf ne ressort de cette publication, à part notamment la formulation du nouveau Lantus, un 'blockbuster' du groupe, qui entrera en phase III au 2ème trimestre.

'Du côté négatif, l'Ombrabulin (candidat médicament pour le traitement du sarcome des tissus mous) est abandonné pour toutes les indications, le SAR245408 est abandonné dans le cas du cancer de l'endomètre et l'étude TERACLES sur l'Aubagio est arrêtée', relève la note de recherche.

Bref, 'rien de toute cela n'est vraiment important', estiment les analystes qui maintiennent leur conseil. Les conséquences de l'abandon de l'Ombrabulin sont chiffrées par Bryan Garnier à 'moins de 0,5 euro par action'.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.