Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 526,55
    +98,03 (+1,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 523,31
    +49,54 (+1,11 %)
     
  • Dow Jones

    36 247,87
    +130,49 (+0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,0764
    -0,0034 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 020,80
    -25,60 (-1,25 %)
     
  • Bitcoin EUR

    41 047,52
    +752,34 (+1,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    914,81
    +18,10 (+2,02 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,26
    +1,92 (+2,77 %)
     
  • DAX

    16 759,22
    +130,23 (+0,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 554,47
    +40,75 (+0,54 %)
     
  • Nasdaq

    14 403,97
    +63,98 (+0,45 %)
     
  • S&P 500

    4 604,37
    +18,78 (+0,41 %)
     
  • Nikkei 225

    32 307,86
    -550,45 (-1,68 %)
     
  • HANG SENG

    16 334,37
    -11,52 (-0,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,2551
    -0,0043 (-0,34 %)
     

Sanofi : 1% des médicaments en rupture, le géant de la santé cherche à rassurer sur les pénuries

Wikimedia

Environ «1% du portefeuille» des médicaments produits par Sanofi est «en rupture actuellement», a indiqué vendredi la présidente de Sanofi France Audrey Derveloy, se voulant rassurante sur les pénuries de médicaments et estimant être en capacité d'augmenter la production de Beyfortus.

Audrey Derveloy était interrogée sur RTL sur les pénuries de médicaments qui inquiètent les autorités, après de nombreuses ruptures au cours de l'hiver 2022-2023.

Aujourd'hui, «une boite qui sort chez les pharmaciens sur six, c’est un produit Sanofi» et «il y a 1% de ce portefeuille qui est en situation de rupture aujourd’hui», a déclaré Audrey Derveloy. La prévention de ces pénuries, «on y travaille, c’est notre métier, il faut nous faire confiance aussi», a-t-elle dit.

S'il «y a des périodes en tension», «des mécanismes existent, sur lesquels on travaille avec les autorités de santé», a-t-elle poursuivi. «Par exemple, on contingente les stocks» de produits en tension, en limitant notamment le nombre de boîtes que peut acheter chaque patients, ou «on travaille avec d’autres laboratoires pour les aider à importer sur le territoire français des molécules alternatives», a-t-elle détaillé.

Lorsqu'un patient ne trouve pas son médicament, «le pharmacien peut nous appeler et sous 48H on a été capables de livrer», a-t-elle ajouté.

Concernant le Beyfortus, le traitement préventif contre la bronchiolite pour les bébés, actuellement réservé aux maternités dans l'attente de nouveaux stocks, elle a rappelé qu'il (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Fin des vols Air France à Orly : «On souhaite que la direction revienne sur sa décision»
Airbus dame le pion à Boeing, mais le géant du CAC 40 cale : le conseil Bourse
Compagnie des Alpes : les stations de ski veulent aller chercher leurs clients... en train !
Paris : c'est officiel, les Galeries Lafayette vendent le BHV
En difficulté, le discounter Supeco tire la langue